L’une des cibles attaquées par les États-Unis a déjà été détruite par Israël il y a 2 semaines.

Publié par


 Nziv L’Iran

Le 22 février, un certain nombre de roquettes ont été tirées sur la zone verte – l’enceinte de l’ambassade américaine à Bagdad.

Cette attaque n’était pas un incident inhabituel ou une nouvelle, sauf qu’il était le premier événement sous l’administration Biden, de fait mise au défi de devoir répondre à une attaque menée par des milices locales (au nom de l’Iran). Elles ont sûrement reçu des instructions directes de l’Iran pour mener à bien cette attaque.

Le gouvernement Biden a les mains liées par les Iraniens pour qu’ensemble, ils atteignent volontairement un accord nucléaire amélioré ou au moins créer des gestes dans cette direction, l’administration ayant aussi des soucis plus immédiats et plus critiques à traiter (Corona, luttes intestines à domicile contre l’extrême-droite suprémaciste et régler le commerce avec la Chine).
L’Administration Biden tente de répondre, mais cette frappe n’a pas fait plus de mal contre les Iraniens ou les milices Irakiennes, alors que le gouvernement irakien est encore l’hôte de l’armée américaine dans le pays : il a donc été décidé d’attaquer des « cible facile ».

Un complexe, qui est en fait un poste frontière pirate mis en place par les Iraniens, à la frontière Irak-Syrie, dans la région d’Abu Kamal.


Des images satellite récentes publiées aujourd’hui révèlent les dommages causés au complexe par l’attaque américaine. Cependant, un examen du complexe révèle que les Américains ont apparemment effectué des frappes légères et se sont attaqués à une cible qui a déjà été détruite dès le 13 février lors d’une attaque généralisée attribuée à Israël. (Crédit: Guy A. – Commentateur militaire du site Internet Nziv.net)

Identification d’une cible qui a été attaquée par Israël telle que publiée dans le groupe Nziv.net à l’époque:

Déclarations publiées aujourd’hui sur la cible attaquée par des avions américains le week-end dernier dans exactement le même N.C. :

La cible «attaquée» par les Américains – avant («prétendument»):

La cible « attaquée » par les Américains – après (« prétendument »):

Remarque en arrière-plan de l’article:

* – Les Américains ont-ils vraiment attaqué une cible qui avait déjà été « minutieusement » traitée par Israël il y a seulement deux semaines que les milices n’ont probablement pas reconstruite comme il apparaît dans l’image « avant »? 

* – Ou y a-t-il ici un message «légèrement différent» envoyé aux Iraniens par la nouvelle administration du président Biden aux États-Unis? 

En d’autres termes: «Les États-Unis répondront à tout dommage causé à leurs forces, tant sur le sol irakien que sur le sol syrien, à un moment et à un endroit qui leur conviennent. Mais cette fois, les États-Unis se sont contentés d’attaquer une cible qui avait été traitée, il n’y a pas si longtemps, de manière efficace, par Israël et qui, en fait, n’a fait aucun mal réel à ceux qui ont effectivement mené des attaques contre des cibles américaines en Irak et ces dommages « ne sont rien d’autre qu’un avertissement ponctuel de ne plus procéder à des provocations, car il y aura des répliques bien plus cinglantes, la prochaine fois, si les intérêts américains sont attaqués n’importe où Moyen-Orient.  

Les États-Unis signalent également à l’Iran de revenir aux négociations nucléaires, sinon ses armes et milices par procuration dans la région seront coupées de leur approvisionnement, dans la première phase et si nécessaire, les États-Unis mèneront des représailles.

Un commentaire

  1. Tiens, les américains imitent Israël en attaquant une cible déjà détruite. Quand on sait que Tsahal bombarde des dunes et le même immeuble vide déjà démoli depuis des années à gaza.

Laisser un commentaire