La Voix juive pour la paix se bat pour préserver la haine antisioniste en ligne

Publié par
La version française de la même « selbHaas » (haine de soi) retournée contre Israël

par Ariel Behar
IPT News
23 février 2021

Le groupe étatsunien Jewish Voice for Peace (JVP) prétend s’opposer au sectarisme et soutenir la sécurité et l’autodétermination des Israéliens et des Palestiniens. Mais une nouvelle campagne à laquelle JVP s’est jointe vise à bloquer les rumeurs de projets qui seraient menés par Facebook d’ajouter le terme «sionisme» à ses politiques sanctionnant le discours de haine. Le sionisme est l’adhésion à la croyance au droit à l’autodétermination des Juifs dans leur patrie ancestrale : en d’autres termes, soutenir le droit d’Israël à exister (et considérer le Sionisme comme un mouvement d’émancipation à l’égard de tout colonialisme -et non l’inverse).

« @Facebook réfléchit à l’opportunité de traiter le » sioniste » comme un substitut (à la qualification) de » Juif « dans sa politique de discours de haine », a tweeté JVP la semaine dernière, lors d’un rassemblement près d’une mairie, signalée sur Twitter. « Cela ferait du » sioniste « une catégorie de facto protégée, laissant FB interrompre les conversations critiques sur les sionistes sous prétexte de lutter contre l’antisémitisme. »

« Si @Facebook restreint l’utilisation du mot » sioniste « sur ses plateformes, une censure déjà sévère se développera », a également écrit le mouvement antisémite BDS lors du rassemblement virtuel de Twitter. « Nous, les Palestiniens seront empêchés de décrire notre vie quotidienne sous l’apartheid israélien et nos histoires familiales de dépossession et d’occupation militaire. »

Un employé anonyme de Facebook a envoyé un e-mail détaillant comment l’entreprise de réseaux sociaux devrait modérer l’antisémitisme sur sa plate-forme, a rapporté le site Web d’actualités technologiques The Verge en novembre. Un porte-parole de Facebook a déclaré à The Verge que le terme sioniste est supprimé de sa plate-forme si et quand il est utilisé comme moyen par procuration pour favoriser l’antisémitisme.

« Nous examinons la question de savoir comment nous devrions interpréter les attaques contre les » sionistes « pour déterminer si le terme est utilisé comme un substitut pour attaquer des Juifs ou des israéliens », a écrit l’employé de Facebook . « Le terme renvoie à beaucoup d’histoire et de significations diverses, et nous cherchons à mieux comprendre comment il est utilisé par les utilisateurs de notre plateforme. »

JVP a rejoint la campagne d’opposition à la politique « Facebook, nous devons parler ». Il a reçu le soutien de près de 52 000 personnes. Il affirme que le géant des réseaux sociaux pourrait décider d’une politique ce mois-ci. JVP sera impliqué pour livrer virtuellement la pétition à Facebook lors d’un webinaire, cette semaine.

Il existe de nombreux exemples dans lesquels le terme sioniste a été utilisé comme insulte contre les Juifs pro-israéliens.

En décembre, les étudiants pour la justice en Palestine (SJP) de l’Université de l’Illinois, Urbana Champaign, ont publié un mème sur Instagram appartenant à Facebook demandant aux étudiants de «commencer à harceler pour faire honte aux sionistes». L’image montrait un jeune homme enfouissant son visage dans ses bras, entouré de termes tels que «raciste!», «Colonisateur!» Et «retourne à Brooklyn!».

De même, la vice-présidente du gouvernement étudiant de l’Université de Californie du Sud (USC) a démissionné en août dernier, après avoir été soumise à des pressions et harcelée par des camarades qui n’étaient pas d’accord avec son soutien à Israël. « Mais parce que je m’identifie ouvertement en tant que Juive qui soutient le droit d’Israël à exister en tant qu’Etat juif – c’est-à-dire, une sioniste – j’ai été accusée par un groupe d’étudiants de ne pas convenir en tant que chef de syndicat étudiant », a écrit Rose Ritch dans un éditorial sur Newsweek .

Rose Ritch

 «On m’a dit que mon soutien à Israël me rendait complice du racisme et que par association, je suis raciste. Les étudiants ont lancé une campagne agressive sur les réseaux sociaux pour ‘destituer [mon] c**’ de sioniste**.’»

Facebook a annoncé une mise à jour de sa politique en matière de discours de haine en août dernier. « Nous mettons également à jour nos politiques pour tenir compte plus spécifiquement de certains types de discours de haine implicites, tels que le contenu représentant un visage noir ou les stéréotypes sur les Juifs contrôlant le monde », a déclaré Facebook .

Une coalition de 130 groupes juifs et pro-israéliens avait appelé Facebook à mieux modérer l’antisémitisme après que Facebook a reçu des réactions violentes à propos de sa précédente politique de discours de haine permettant aux cas de négation de la Shoah et d’antisémitisme de rester sur sa plateforme. La mise à jour de la politique d’août, qui comprenait des éléments de la définition de travail de l’antisémitisme de l’ Alliance internationale pour la mémoire de la Shoah (IHRA), a considérablement déplacé la plate-forme dans cette direction.

JVP, quant à lui, s’est avéré être une voix peu fiable lorsqu’il s’agit de lutter contre l’antisémitisme.

Un webinaire du JVP sur l’antisémitisme en décembre a présenté des panélistes qui avaient déjà soutenu des épisodes d’antisémitisme. Le webinaire comprenait la représentante américaine Rashida Tlaib , D-Mich. (Démocrate du Michigan), Le professeur de l’Université Temple Marc Lamont Hill , ainsi que le journaliste Peter Beinart et l’activiste Barbara Ransby . Tlaib et Ransby ont toutes deux soutenu le terroriste reconnu coupable Rasmieh Odeh, responsable du meurtre de deux Israéliens dans un attentat à la bombe dans une épicerie. Hill a appelé à plusieurs reprises à une « Palestine libre » s’étendant « du fleuve Jourdain à la mer », un rêve qui nécessite l’élimination d’Israël.

En 2019, après qu’un message haineux « F ** k Israel » a été retrouvé griffonné dans la neige sur le campus de l’Université d’Albany, le groupe représentatif d’Albany de JVP a rejeté l’idée que les déclarations anti-israéliennes ou antisionistes puissent être antisémites. « Nous condamnons l’antisémitisme en tant qu’idéologie et en tant qu’actions conçues pour diviser les gens et qui ont causé d’énormes dommages et dévastations », a écrit Jewish Voice for Peace-Albany sur Facebook. « Israël est un pays. Il a un gouvernement qui élabore et met en œuvre des politiques gouvernementales. Le gouvernement israélien ne représente ni ne parle au nom de tous les Juifs du monde entier. Critiquer Israël n’est pas une attaque contre les Juifs. »

On ne sait pas quelle « politique » est critiquée avec l’expression «f ** k Israel», s’il s’agirait d’un Etat, pays et/ou peuple dans l’esprit de JVP.

Mais le site Web de JVP est sans équivoque . Ce n’est pas une question de politique. Plutôt: «Nous nous opposons sans équivoque au sionisme», dit-il.

Ce n’est pas non plus la première campagne de JVP délégitimant Israël.

L’automne dernier, le Projet d’enquête sur le terrorisme a dénoncé la rhétorique antisémite de JVP – qu’il a tenté de cacher – en faisant la promotion de sa campagne «Deadly Exchange». Il s’agit d’un programme de dénigrement antisémite sans fondement qui condamne les programmes consistant à faire suivre des stages en Israël aux dirigeants de la police américaine, comme seulls et uniques responsables de la brutalité policière contre les Noirs aux États-Unis.

« Suggérer qu’Israël est le début ou la source de la violence policière américaine ou du racisme fait passer le blâme des États-Unis à Israël », a écrit JVP en juin dernier. « … Cela favorise également une idéologie antisémite. Les suprémacistes blancs recherchent toute occasion de glorifier et de promouvoir le racisme anti-noir américain, et toute chance de présenter les Juifs comme contrôlant et manipulant secrètement le monde. »

Mais c’est exactement ce que le Deadly Exchange a fait pendant près de trois ans avant de publier cette mise à jour sous forme d’excuse. Selon JVP, les programmes d’échange de policiers avec Israël ont conduit à « des exécutions extrajudiciaires, des politiques visant à tirer pour tuer, des meurtres commis par la police ».

L’IPT(Investigativ Project)  s’est entretenu avec les organisateurs et les participants de l’échange , qui ont tous convenu que leurs expériences ne ressemblaient en rien aux calomnies mensongères et haineuses propagées par JVP.

D’autres qui ont adhéré à la campagne Facebook de JVP sur le sionisme entretiennent leurs propres palmarès d’actions anti-israéliennes et antisémites.

MPower Change de Linda Sarsour a adhéré à la campagne Facebook JVP. L’été dernier, son organisation a soutenu un Rassemblement Juneteenth (fête de l’abolition de l’esclavage le 19 juin 1865) « No Sionist » à New York qui prétendait être « ouvert à tous, sauf les flics et les sionistes [sic] ». Sarsour a poussé l’accusation de crime rituel à propos de « l’échange mortel », en affirmant à tort que la police américaine se rendant en Israël conduit à « tuer des Noirs non armés à travers le pays« . Elle soutient également que les sionistes ne peuvent pas être des alliés ou des féministes.

Le co-fondateur du mouvement Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS), Omar Barghouti, admet s’opposer à « un État juif dans n’importe quelle partie de la Palestine. Aucun Palestinien rationnel, pas un seul Palestinien qui ne soit pas un vendu, n’accepterait jamais un État juif en Palestine. « 

La campagne de JVP pour empêcher Facebook de faire de la rhétorique antisioniste une partie de sa politique sur le discours de haine est un nouvel effort pour excuser l’antisémitisme. C’est aussi une tentative d’induire le public en erreur en lui faisant croire que JVP représente la pensée juive contemporaine (a-sioniste ou non-sioniste). Mais plus de 90% des Juifs dans le monde se considèrent sionistes et soutiennent le droit d’Israël à exister en tant qu’Etat juif.

Au lieu de quoi, JVP continue de s’aligner de toutes ses forces sur les antisémites et de diffuser des messages antisémites.

.investigativeproject.org

Laisser un commentaire