Biden a expliqué à Netanyahu la position des États-Unis sur l’Iran avant Munich

Posted by

(Au double-sens physique et historique du terme?)

 Binyamin Netanyahu , G7 , 

Le président Joe Biden a passé son premier appel téléphonique au Premier ministre Binyamin Netanyahu mercredi soir 17 février en pleins préparatifs intenses de la Maison-Blanche des premières apparitions multilatérales du président sur la politique étrangère de son administration. La conversation d’une heure s’est fortement concentrée sur l’Iran et a déclenché des spéculations sur la position de Biden concernant l’accord nucléaire de 2015 (JCPOA), lorsqu’il s’adressera à la conférence de Munich sur la sécurité vendredi et au G7 la semaine prochaine, organisée par le Premier ministre britannique Boris Johnson. Les deux événements seront virtuels à cause des contraintes covid.

Les sources de DEBKAfile révèlent que le président Biden a donné au Premier ministre Netanyahu un aperçu de sa position sur la question nucléaire iranienne, faisant de Netanyahu le premier dirigeant du Moyen-Orient à recevoir un appel de Biden et le premier à entendre parler de ses intentions à l’égard de l’Iran.

Parallèlement à leur conversation, la chancelière allemande Angela Merkel a appelé mercredi le président iranien Hassan Rohani et a offert de sages conseils. « Le moment est venu de recevoir des signaux positifs qui renforceraient la confiance et augmenteraient les chances d’une solution diplomatique », a-t-elle déclaré. Aucun « c’est ça ou sinon…» n’a été énoncé dans son commentaire, mais le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas l’a précisé par un avertissement brutal. Il a dit que les dernières initiatives de l’Iran mettaient en péril le retour des États-Unis à l’accord nucléaire. Les pourparlers «sont considérablement compliqués pour le moment car», a-t-il dit, «l’Iran ne cherche manifestement pas la désescalade mais l’escalade – et en cela, il joue avec le feu.» Les ministres des Affaires étrangères allemands, français et britanniques inquiets envisagent de s’entretenir d’urgence avec le secrétaire d’État américain Tony Blinken. Ils pensent que l’avenir de l’accord sur le nucléaire est en jeu, d’autant plus que l’Iran menace de bloquer les inspections instantanées de l’observatoire nucléaire de l’ONU à partir de mardi prochain – un autre coup de canif dans le contrat, pour le président Biden et son espoir de relancer l’accord. Le chef de l’AIEA, Rafael Mariano, doit se rendre samedi à Téhéran.

Téhéran a augmenté la mise et la pression sur Washington depuis le récent commentaire du président Biden selon lequel l’Iran doit cesser d’enrichir de l’uranium avant que les États-Unis ne lèvent les sanctions. On ne sait toujours pas comment exactement il entend provoquer de nouvelles négociations nucléaires avec l’Iran. Son administration est réticente à se présenter en assouplissant certaines des sanctions imposées par Trump à la République islamique. Nos sources expliquent cela par la conviction à la Maison Blanche que toute concession ne ferait qu’attiser l’appétit du régime de l’ayatollah. Une levée totale de toutes les sanctions serait alors exigée pour un retour à la table de négociations.


Le président Rohani a déclaré mercredi lors d’une réunion du cabinet à Téhéran: «Si les Américains font un pas, nous en ferons un. Si les Américains prennent toutes les mesures en même temps, nous prendrons toutes les mesures en même temps. S’ils veulent le faire progressivement, très bien. S’ils ne veulent rien, encore une fois très bien. Le chef suprême de l’Iran, l’ayatollah Ali Khamenei, a été plus agressif: «La République islamique ne se contentera pas cette fois de paroles et de promesses. Si nous voyons de l’action du côté opposé, nous agirons aussi », a-t-il déclaré.

One comment

  1. Le lieu de la conférence est bien choisi : Munich, ou comment récolter la guerre ET le déshonneur.

Laisser un commentaire