L’Autorité Palestinienne gagne la bataille de l’implantation stratégique en zone C

Posted by

Par le professeur Hillel Frisch17 février 2021

Panneau annonçant un projet de colonisation palestinienne dans la zone C souscrit par l’UE et le Royaume-Uni, image via Twitter @RealJStreets

BESA Center Perspectives Paper n ° 1933, 17 février 2021

RÉSUMÉ EXÉCUTIF: Le plan l’Autorité palestinienne visant à prendre le contrôle de la zone C de Cisjordanie en une décennie est mis en œuvre avec succès. Cela change la donne historique dans ce conflit vieux de 100 ans, qui nécessite une réponse israélienne immédiate et massive.

Trop souvent, l’Autorité palestinienne est critiquée comme une entité en faillite. C’est un vœu pieux. Au contraire: l’Autorité palestinienne remporte l’une des batailles les plus importantes qu’elle ait jamais menées contre Israël. C’est la même bataille que le mouvement sioniste et, plus tard, l’État d’Israël a menée avec succès: celle de l’implantation stratégique. Cela signifie la création d’infrastructures rurales et urbaines pour consolider le contrôle du territoire nécessaire à la création d’un État.  

Le mouvement israélien Homa v’Migdal (tour et palissade), la guerre d’indépendance, l’héroïsme et la durabilité des kibboutzim sur le front syrien avant la guerre des Six jours, Kiryat Shmona et les kibboutzim dans le Hula dans les années 1980, et Sderot et les kibboutzim autour de Gaza au cours des deux dernières décennies sont un témoignage vivant de l’importance historique de «l’implantation stratégique», un terme inventé pour la première fois par le mouvement sioniste en 1942.  

Hélas, cette stratégie sioniste a maintenant été adoptée avec succès par l’Autorité palestinienne, en particulier dans la lutte pour le contrôle de la majorité des terres en Cisjordanie appelée zone C. Selon les accords d’Oslo, la zone C devait rester sous juridiction exclusive israélienne jusqu’au réalisation d’un règlement définitif.

Selon un rapport  très détaillé de Regavim, une organisation qui renseigne à propos de l’empiètement illégal sur les terres de l’État (ainsi que sur la propriété privée), l’Autorité palestinienne a remporté, au cours de la dernière décennie,0 la bataille pour le contrôle de la zone C. En 2009, la majorité des bâtiments construits qui s’élevaient dans la zone C était peuplé de Juifs (47 000 dunams contre 46 000 pour les Palestiniens). D’ici 2019, après une poussée implacable de 10 ans de colonisation dirigée par l’Autorité palestinienne, la majeure partie de l’espace bâti est palestinienne (79 000 dunams contre 57 000 habités par des Juifs). Un tel exploit rivalise même avec les projets d’implantation les plus réussis de l’Agence juive pendant le mandat britannique. En effet, cela peut même les surpasser.

Les dimensions qualitatives de la frénésie de construction sont plus importantes que le nombre de logements construits. Les clusters ont été créés dans le cadre d’un plan stratégique conçu en 2009 par le premier ministre de l’AP Salam Fayyad, ancien économiste principal à la Banque mondiale, pour créer l’État de Palestine à partir de zéro plutôt que de le laisser à la diplomatie.

Salam Fayyad,

Ce raisonnement vous emble familier? Cela devrait. Ce fut la réplique de David Ben-Gourion et de ses inconditionnels au Mapai, à la fois à Chaim Weizmann et Ze’ev Jabotinsky, qui accordaient une plus grande confiance à la diplomatie pour créer l’État juif. La stratégie travailliste était communément appelée «un dunam de plus (un quart d’acre), une chèvre de plus». Heureusement, cette stratégie l’emporta en 1936 et dura jusqu’à et au-delà de la création de l’État juif.

Fayyad préparant le terrain

Derrière la volonté implacable de colonisation stratégique palestinienne se cachent une foule d’institutions au sein de l’Autorité palestinienne, qui dispose d’un budget de 4,7 milliards de dollars. Ces institutions comprennent le Ministère de l’intérieur, le Ministère palestinien de la planification et du développement administratif, le Ministère de l’agriculture, une commission au sein du Ministère de l’intérieur chargée de l’enregistrement des droits à la terre et à l’eau, le Ministère de l’administration locale et la « Commission de résistance à la Colonisation et au mur », qui est dirigée par un fonctionnaire doté du statut ministériel. Ces ministères se coordonnent étroitement sur la planification et la mise en œuvre.

Un rapport de 160 pages publié en 2016 illustre la capacité de planification de l’AP. Cent dix plans généraux locaux ont été préparés pour 119 communautés palestiniennes – la plupart dans la zone C.

Derrière le succès du règlement stratégique de l’Autorité palestinienne se cache un ensemble d’institutions de l’UE et des Nations Unies qui financent le projet et fournissent une grande partie du savoir-faire en matière de planification. Ils le font directement ou indirectement, en proposant des programmes et des lieux de renforcement des capacités d’appropriation palestiniennes.

L’objectif palestinien de prendre le contrôle de la zone C implique également des manifestations et des violences organisées, qui sont dirigées à la fois de bas en haut et depuis les plus hauts échelons du gouvernement.  

La «Commission contre la colonisation et de la résistance aux murs» est chargée de coordonner ces efforts. Il est dirigé par un ancien membre du Fatah Tanzim et ancien prisonnier de sécurité Walid Assaf (ci-dessous). 

Membre photo

Fatah

Conseil législatif palestinien
– Ramallah
 Conseil national palestinien

La commission crée et travaille avec des comités de «résistance» locaux, souvent dirigés par des membres du Fatah en tandem avec les comités de jeunesse des différentes factions de l’OLP (principalement le mouvement Shabiba du Fatah) et les organisations du Fatah au niveau du district. Ils sont chargés d’organiser la population palestinienne dans les villages environnants pour affronter les troupes de Tsahal, d’intimider l’administration civile israélienne alors qu’elle tente de surveiller la zone, de harceler les avant-postes de résidents des implantations et leurs efforts pour établir des pâturage, et de s’emparer des collines, des sources et des sites archéologiques qui relient les Juifs à leur passé. Le but n’est donc pas seulement de coloniser stratégiquement la région mais de chasser les résidents juifs.

Le facteur qui explique le mieux le succès des Palestiniens dans cette entreprise est que, bien que l’Autorité palestinienne soit mobilisée, cohérente et concentrée sur la réalisation de l’objectif, le gouvernement israélien, l’administration civile et le pouvoir judiciaire ferment largement les yeux sur cette montée en puissance.

Il y a de nombreuses raisons pour lesquelles Israël a atteint ce triste état de choses dans la zone C. Surtout, le gel quasi-total des implantations juives au cours des deux dernières décennies a créé un vide que l’Autorité palestinienne s’est empressée de combler. Ni le ministère de la Justice ni les tribunaux israéliens ne font grand-chose pour contrer l’enracinement palestinien qui leur permet d’empiéter illégalement et de prendre le contrôle des terres de l’État qui forment l’essentiel de la zone C. Même lorsque les tribunaux se prononcent contre un tel empiétement, comme dans le cas de Khan al-Ahmar (un campement bédouin illégal près de Maaleh Adumim), les autorités ne respectent pas la décision.

Ces développements sont principalement déterminés par la politique, et en particulier par les dirigeants. Le dicton attribué à Ben Gourion selon lequel ce n’est pas ce que disent les Nations, mais ce que font les Juifs sonne vrai dans ce contexte. La récente victoire de Merav Michaeli au sein du Parti travailliste reflète à quel point les politiciens israéliens sont déconnectés de l’esprit des fondateurs du parti, qui ont défendu l’implantation stratégique israélienne sur toute la Terre d’Israël.

Le Premier ministre Netanyahu n’a pas grandi dans un tel environnement, mais on espère que son sens stratégique fort le conduira à reconnaître que, quelle que soit l’importance des fruits de la diplomatie, comme la normalisation avec les États arabes sunnites modérés, leur importance est pâle par rapport à la nécessité de gagner des batailles comme celle que s’apprête à remporter l’implantation stratégique palestinienne dans la zone C.

Afficher le PDF

Le professeur Hillel Frisch est professeur d’études politiques et d’études sur le Moyen-Orient à l’Université de Bar-Ilan et associé de recherche principal au Centre Begin-Sadat pour les études stratégiques.

besacenter.org

Laisser un commentaire