L’afflux de missiles iraniens vers ses séides : Liban, Irak, Yémen

Publié par

Missiles iraniens: transfert aux mandataires

Par Andrew Hanna Mis à jour: 17 février 2021 Original: 3 février 2021

Transferts de missiles iraniens

Depuis le début des années 2000 , l’Iran a fourni des missiles de croisière et des missiles balistiques à ses supplétifs dans au moins trois pays: l’Irak, le Liban et le Yémen. Le transfert de missiles de Téhéran – qui vont de 120 km à 1 200 km , ou 77 à 745 miles – permet à ses séides d’atteindre des cibles à plus grande distance et avec une plus grande précision que l’artillerie ou les roquettes non guidées. Les exportations de missiles de l’Iran ont trois objectifs: elles renforcent les auxiliaires de l’Iran. Elles développent plus d’options militaires pour l’Iran et ses alliés. Et le déploiement de missiles sous le contrôle direct ou indirect de l’Iran lui permettrait de frapper n’importe quel adversaire pendant un conflit depuis plusieurs directions. La République islamique, à son tour, a gagné en influence auprès des acteurs régionaux et internationaux en renforçant la capacité militaire de ses séides régionaux.

Le programme de missiles de l’Iran, qui remonte à la monarchie et comprenait brièvement une collaboration avec Israël, est un élément de base militaire de plus en plus important depuis la révolution de 1979, alors que les avions de guerre de la République islamique sont devenus obsolètes. Au milieu des années 1980, Téhéran a acquis des missiles Scud de la  Libye, de la  Syrie  et de  la Corée du Nord  et a également commencé à adapter la technologie pour leurs variantes de missiles. Depuis la fin des années 80, l’Iran a  développé  un arsenal de missiles de plus en plus sophistiqué – avec une portée et une précision croissantes – qui est devenu essentiel à ses capacités offensives ainsi qu’à sa stratégie de dissuasion défensive. 

Les transferts de missiles iraniens ont varié en quantité et en portée. En février 2021, des missiles balistiques n’avaient été utilisés que dans l’un des trois pays.

  • Liban: l’Iran y a transféré le plus grand nombre de missiles – estimé à 14 000 Zelzal-2 au total , en voie d’amélioration de leur précision, avec des portées de 125 km à 300 km, ou 77 miles à 185 miles – au Hezbollah, la plus grande milice et un courtier politique au Liban. Au début des années 2000, le Hezbollah était le premier destinataire des missiles iraniens. Depuis 2016, l’Iran aurait fourni des kits de conversion pour améliorer l’arsenal du Hezbollah, des roquettes à courte portée en missiles à guidage de précision capables de frapper profondément en Israël. Le Hezbollah a tiré des milliers de roquettes sur Israël, mais il n’avait pas encore lancé de missiles balistiques à travers la frontière à la date de février 2021.
  • Yémen: depuis 2016, Téhéran aurait transféré des missiles à moyenne portée – d’une portée allant jusqu’à 1 200 km – à des rebelles houthis menant une guerre civile et une campagne militaire contre l’Arabie saoudite. L’Iran a également fait passer en contrebande des missiles balistiques à courte portée – d’une portée de 250 km et 1 000 km, ou 150 milles à 620 milles – aux rebelles, qui sont des Zaydi Shiites. En réponse aux frappes aériennes saoudiennes, les Houthis ont lancé des dizaines de ces missiles contre les grandes villes saoudiennes.
  • Irak : depuis 2018, l’Iran aurait fourni des missiles balistiques à courte portée – d’une portée allant jusqu’à 700 km – à des milices chiites en Irak, notamment le Kataib Hezbollah et Saraya al Jihad . Les missiles pourraient frapper les forces américaines basées en Irak et même atteindre Israël, s’ils étaient lancés depuis le désert occidental. Mais les missiles balistiques n’ont pas encore été utilisés contre des rivaux nationaux ou régionaux en février 2021.

Ce qui suit est un aperçu détaillé des missiles de croisière et balistiques que l’Iran a transférés à ses alliés et de la réponse des États-Unis et de l’ONU.

Hezbollah (Liban)

Un Fateh-110 tiré dans un jeu de guerre iranien
Un Fateh-110 tiré lors d’un exercice militaire iranien

À la mi-2020, le Hezbollah disposait d’ environ 14 000 missiles à courte portée, la partie la plus meurtrière de son arsenal de 130 000 à 150 000 roquettes et missiles. (La plupart de son arsenal était, 0jusqu’à présent, constitué de roquettes d’artillerie non guidées, également fournies par l’Iran). Le Hezbollah dispose de trois types de missiles à courte portée capables d’atteindre Tel Aviv, a rapporté le Centre d’études stratégiques et internationales (CSIS) en juillet 2018.

  • Le Zelzal-1 , une roquette non guidée d’une portée de 125 à 160 km (ou 77 à 100 miles)
  • Le Zelzal-2 , une roquette non guidée d’une portée de 210 km (ou 130 miles) -en voie d’amélioration
  • Le Fateh-110 , un missile balistique qui a une portée de 250 à 300 km (ou 155 à 185 miles)

En février 2021, le Hezbollah n’avait pas acquis de missiles d’une portée plus longue que le Fateh-110, bien qu’il y ait eu des rapports non confirmés selon lesquels la Syrie aurait transféré des roquettes Scud au Hezbollah en 2010. Entre 2013 et 2015, les gardiens de la révolution auraient tenté de transporter des missiles balistiques avec une plus grande précision au Liban via la Syrie. Israël a affirmé que ses frappes aériennes avaient détruit la plupart des expéditions. «Si le Hezbollah achetait des missiles à guidage de précision, il aurait la capacité de cibler directement les civils israéliens, les villes et même les ressources stratégiques nationales», ont déclaré les Forces de défense israéliennes (FDI ou Tsahal) en 2019.

Processus de mise à niveau des missiles (utilisé avec autorisation)
Processus de mise à niveau des missiles (utilisé avec autorisation)

En 2016, l’Iran a modifié sa stratégie et aurait commencé à faire passer des kits de conversion au Liban pour moderniser les missiles du Hezbollah. Les kits de la taille d’une valise peuvent ajouter un système de navigation et de guidage GPS qui augmente la précision et la portée du Zelzal-2 à 300 km ou 185 miles. Les ingénieurs pourraient convertir un Zelzal-2 en deux à trois heures; le coût de la conversion d’une fusée imprécise en missile guidé coûte entre 5 000 et 10 000 dollars. Entre 2016 et 2019, le Hezbollah a converti entre 20 et 200 missiles, a estimé le Centre de communication et de recherche britannique Israël .

En septembre 2018, Israël a accusé les gardiens de la révolution d’avoir fourni les kits au Hezbollah. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a présenté des preuves selon lesquelles le Hezbollah aurait installé trois usines de conversion de missiles près de l’aéroport international de Beyrouth avec l’aide iranienne. «Le Hezbollah utilise délibérément le peuple innocent de Beyrouth comme bouclier humain», a déclaré Netanyahu à l’Assemblée générale des Nations Unies. En août 2019, Tsahal a affirmé que quatre hauts responsables iraniens et du Hezbollah étaient impliqués dans le projet. Il a également identifié une usine de conversion de missiles dans le sud du Liban.

Les Houthis (Yémen)

Fragment de missile
Missile récupéré après l’attaque de Riyad en 2017

En février 2021, les rebelles houthis au Yémen disposaient de 100 à 200 missiles. La plupart étaient à courte portée, avec quelques dizaines de missiles balistiques à moyenne portée, selon Mike Knights du Washington Institute for Near East Studies. Les Houthis ont tiré des dizaines de missiles de croisière et de missiles balistiques sur les grandes villes saoudiennes – dont Taif, Djeddah et Riyad – au cours des six années écoulées depuis que l’Arabie saoudite a lancé sa campagne militaire en 2015. La coalition dirigée par l’Arabie saoudite a affirmé avoir intercepté plus de 163 missiles entre Mars 2015 et avril 2020. Les Houthis disposaient d’au moins cinq types de missiles de croisière et balistiques capables de frapper l’Arabie saoudite:

  • Le Quds-1 , un missile de croisière d’une portée de 700 à 800 km (ou 435 miles à 500 miles)
  • Le Qiam-1 , un missile balistique d’une portée de 700 à 800 km (ou 435 miles à 500 miles)
  • Le Burkan-1 , un missile balistique d’une portée de 800 km (ou 500 miles)
  • Le Burkan-2H , un missile balistique d’une portée de 1000 km (ou 620 miles)
  • Le Burkan-3 , un missile balistique d’une portée de 1200 km (ou 745 miles)

Les Houthis ont été le seul mandataire iranien à utiliser un missile balistique à moyenne portée (un missile d’une portée supérieure à 1000 km) au combat jusqu’en février 2021. Ils ont principalement visé les installations militaires saoudiennes, y compris le ministère de la Défense à Riyad , un Base de la mer Rouge et aéroport civil au sud-ouest de l’Arabie saoudite . Au cours des cinq premières années de la guerre, les attaques de missiles houthis ont tué plus de 400 militaires de la coalition dirigée par l’Arabie saoudite, a rapporté le SCRS .

Les Houthis ont revendiqué la production locale de leurs missiles balistiques sans aide étrangère, mais les experts américains et israéliens des missiles étaient sceptiques. «Les Burkans ressemblent à des dérivés de Scud, ils doivent donc provenir d’un pays producteur de dérivés de Scud», écrivait l’ analyste israélien Uzi Rubin en 2017. «Il n’y a que deux de ces pays aujourd’hui: la Corée du Nord et l’Iran. Le Burkan-2H dispose d’un cône de nez commun avec les missiles balistiques iraniens, a également noté Rubin.

Fragments d'un Qiam-1
Fragments d’un Qiam-1 intercepté par l’Arabie saoudite

L’administration Trump a accusé à plusieurs reprises l’Iran de fournir des missiles aux Houthis. En novembre 2017, les États-Unis ont affiché des photos et des fragments d’un missile à courte portée récupéré lors d’une attaque contre Riyad en 2017. Le missile portait les lettres «SBI», le logo de Shahid Bagheri Industries, un fabricant d’armes iranien. «Les armes pourraient tout aussi bien porter des autocollants« Made in Iran »», a déclaré l’ambassadrice américaine à l’ONU Nikki Haley. Les missiles manquaient également d’ailettes stabilisatrices, une conception similaire au missile iranien Qiam.

Une enquête de l’ONU a conclu que l’Iran avait fabriqué les missiles et les avait introduits en contrebande au Yémen. «Bon nombre des caractéristiques de conception internes, des caractéristiques externes et des dimensions des restes du missile inspecté par le Groupe sont conformes à celles du missile Qiam-1 conçu et fabriqué par l’Iran», ont rapporté des experts de l’ONU en janvier 2018. «Cela signifie qu’ils ont presque certainement été produits par le même fabricant.

En novembre 2018, le représentant spécial des États-Unis sur l’Iran, Brian Hook, a dévoilé des parties d’un missile sol-air portant des inscriptions en farsi, en route vers le Yémen et intercepté par l’armée saoudienne. «Les inscriptions remarquables en farsi sont la façon dont l’Iran dit que cela ne le dérange pas d’être surpris en train de violer les résolutions de l’ONU», a déclaré Hook.

Kataib Hezbollah et Saraya al Jihad (Irak)

Un missile Zolfaghar
Un missile Zolfaghar

À la fin de 2020 , au moins deux milices chiites en Irak – Kataib Hezbollah et Saraya al Jihad – avaient des dizaines de missiles balistiques à courte portée qui auraient été fournis par l’Iran. Les deux avaient des missiles ayant une portée qui pourraient menacer les forces américaines en Irak, les alliés arabes et Israël:

  • Le Fateh-110 , un missile balistique d’une portée de 250 km à 300 km (ou 155 miles à 185 miles)
  • Le Zolfaghar , un missile balistique d’une portée de 700 km (ou 435 miles)

Kataib Hezbollah a maintenu le contrôle opérationnel des missiles, la plupart conservés dans le sud de l’Irak, tandis que Saraya al Jihad a aidé les Gardiens de la révolution à les transporter depuis l’Iran. «Des missiles et des roquettes plus grosses sont maintenant déplacés d’Iran vers l’Irak par parties, si possible décomposés en ogive, carburant et corps, ce qui permet d’utiliser des véhicules plus petits et moins visibles (comme des pétroliers ou des navires) et des conteneurs d’expédition plus petits», a écrit Knights en octobre 2020.

En février 2021, Kataib Hezbollah n’avait pas tiré ses missiles balistiques sur les forces américaines ou sur Israël, bien qu’il aurait été responsable de plusieurs attaques à la roquette Katyusha près des bases américaines et des installations diplomatiques. Les missiles balistiques ont été envoyés en Irak en tant que «plan de sauvegarde» si les États-Unis attaquaient l’Iran, a déclaré un haut responsable iranien à Reuters. « Le nombre de missiles n’est pas élevé, juste quelques dizaines, mais il peut être augmenté si nécessaire », a-t-il déclaré. En 2018, l’Iran a également commencé à entraîner des milices chiites à produire des missiles balistiques localement. Les milices auraient installé des usines de missiles à al Zafraniya, à l’est de Bagdad, et à Jurf al Sakhar, au nord de Karbala.

En septembre 2018, le secrétaire d’État Mike Pompeo s’est dit «profondément préoccupé» par les informations faisant état de transferts de missiles balistiques. «Si cela est vrai, ce serait une violation flagrante de la souveraineté irakienne», a-t-il tweeté . «Bagdad devrait déterminer ce qui se passe en Irak, pas Téhéran.» En décembre 2019, la membre du Congrès Elissa Slotkin, ancienne spécialiste de la CIA sur les milices chiites, a averti le gouvernement irakien que les missiles balistiques lancés par les milices pourraient mettre en péril la mission militaire américaine en Irak. «Les gens ne prêtent pas suffisamment attention au fait que les missiles balistiques de l’année dernière ont été placés en Irak par l’Iran avec la capacité de projeter la violence sur toute la région», a-t-elle déclaré. Entre 2018 et 2021, Les forces américaines en Irak ont ​​été à plusieurs reprises la cible d’attaques de roquettes à courte portée, mais les milices irakiennes n’ont pas tiré de missiles sur les forces américaines.

En 2019, Israël aurait mené sept frappes aériennes contre des dépôts de missiles irakiens et des convois militaires en Irak pour détruire de manière préventive des missiles iraniens. Le Premier ministre Netanyahu a confirmé qu’Israël avait pris des mesures, mais il n’a pas commenté les frappes aériennes spécifiques. «Nous travaillons contre la consolidation iranienne – en Irak également», a déclaré Netanyahu à Channel 9 News en août 2019.

Réponse des États-Unis et de l’ONU

Depuis 2005, les administrations républicaine et démocrate ont sanctionné l’Iran pour son programme de missiles balistiques. Le président George W. Bush a d’abord sanctionné trois industries militaires iraniennes – l’Organisation des industries aérospatiales, le groupe industriel Shahid Hemmat et le groupe industriel Shahid Bagheri – pour leur rôle de soutien à la production de missiles iraniens. En 2008, l’administration Bush a sanctionné Shipping Lanes (IRISL) de la République islamique d’Iran, la compagnie maritime nationale, pour le transfert de composants de missiles.

En 2010, le président Barack Obama a imposé des sanctions à l’armée de l’air du CGRI et au commandement des missiles du CGRI, les deux unités militaires en charge des missiles balistiques iraniens. L’administration n’a pas levé les sanctions contre le programme de missiles balistiques de l’Iran après avoir signé l’accord nucléaire de 2015. En janvier 2016, le Trésor a désigné cinq Iraniens qui avaient acheté des composants de missiles balistiques à l’étranger.

L’administration Trump a élargi les sanctions américaines pour inclure le transfert de missiles par l’Iran à des supplétifs. En mai 2018, le Trésor a sanctionné des membres des Gardiens de la révolution chargés de fournir une technologie liée aux missiles balistiques aux Houthis. Il a également imposé des sanctions aux entreprises étrangères basées en Russie, en Chine et aux Émirats arabes unis qui soutenaient le programme de missiles balistiques de l’Iran.

Les Nations Unies ont également condamné les transferts de missiles de l’Iran à des mandataires. En 2010, la résolution 1929 du Conseil de sécurité a sanctionné l’ensemble de l’industrie iranienne des missiles. Il a également interdit à l’ Iran de vendre ou de transférer des missiles balistiques à toute autre nation et a interdit à tous les pays de vendre des technologies de missiles à l’Iran. Le Plan d’action global conjoint de 2015, négocié par les six grandes puissances mondiales, a prolongé ces interdictions jusqu’en octobre 2023. Mais l’Iran aurait violé ces interdictions en fournissant des missiles à l’Irak, au Liban et au Yémen.

Chronologie: sanctions américaines contre les missiles iraniens

2000

14 mars: La loi iranienne sur la non-prolifération autorise les États-Unis à sanctionner les individus et les organisations fournissant une aide matérielle aux programmes d’armes nucléaires, chimiques, biologiques et balistiques de l’Iran

2005

28 juin: le décret 13382 a sanctionné l’Organisation des industries aérospatiales (AIO), le groupe industriel Shahid Hemmat et le groupe industriel Shahid Bagheri pour leur implication dans le développement des missiles balistiques de l’Iran.

2006

18 juillet: le décret 13382 sanctionnait le groupe industriel Sanam, un subordonné de l’Organisation des industries aérospatiales (AIO), pour l’achat de millions de dollars d’équipements auprès d’entités associées à la prolifération des missiles. Les sanctions visaient également Ya Mahdi Industries Group, un subordonné de l’Iran AIO, pour avoir effectué des achats internationaux de technologie et de produits liés aux missiles pour l’Iran.

2007

9 janvier: Le département du Trésor américain a sanctionné l’institution financière d’État iranienne Bank Sepah pour son soutien à la prolifération des missiles. Le sous-secrétaire au Trésor pour le terrorisme et le renseignement financier, Stuart Levey, a déclaré que «la Banque Sepah est le pivot financier du réseau d’achat de missiles iranien et a activement aidé l’Iran à rechercher des missiles capables de transporter des armes de destruction massive.

30 mars: le décret 13382 a désigné l’Organisation des industries de la défense (DIO), une entité contrôlée par le ministère iranien de la Défense et de la logistique des forces armées et impliquée dans les programmes nucléaires et de missiles de l’Iran.

25 octobre: le décret 13382 a sanctionné la plus grande banque iranienne, la Bank Melli Iran, pour avoir fourni des services au Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) et à la Force Qods qui étaient impliquées dans des programmes de missiles nucléaires et balistiques. L’ordonnance a également sanctionné directement le CGRI.

2008

8 juillet: le décret 13382 a désigné Shahid Sattari Industries pour la fabrication et la maintenance des équipements de soutien au sol pour le Shahid Bagheri Industries Group (SBIG). SBIG a été désigné le 28 juin 2005 pour son rôle dans le programme de missiles iranien. L’ordre comprenait également des mesures contre Moshen Hojati, affilié à Aerospace Industries Organization (AIO) qui gérait le programme de missiles iranien, Naser Maleki qui a supervisé les travaux sur le programme de missiles balistiques Shahab-3 et dirigé le groupe industriel Shahid Hemmat (SHIG). SHIG a été désigné le 28 juin 2005 pour son rôle dans le programme de missiles balistiques de l’Iran.

10 septembre: le décret 13382 a sanctionné les lignes maritimes de la République islamique d’Iran (IRISL), une compagnie maritime d’État, pour le transport de cargaisons militaires liées aux missiles et à la prolifération pour le gouvernement iranien.

2009

7 avril: Le décret 13382 sanctionnait Niru Battery Manufacturing Company, une filiale de la DIO, pour la fabrication d’unités de puissance pour les systèmes de missiles iraniens.

2010

16 juin: Le décret 13382 a désigné l’Armée de l’air du CGRI en charge du déploiement et des opérations du programme de missiles balistiques de l’Iran, le Commandement des missiles du CGRI chargé du déploiement et des opérations du programme de missiles balistiques de l’Iran, et le Groupe de l’industrie des missiles de défense navale détenu ou contrôlé par AIO.

2012

12 juillet: Le département américain du Trésor a désigné 11 entités supplémentaires et quatre personnes sous l’OE 13382 pour perturber davantage les programmes de missiles nucléaires et balistiques de l’Iran.

21 décembre: Le Département du Trésor a désigné quatre sociétés et une personne conformément à l’OE 13382, y compris la SAD Import Export Company pour l’envoi de matériel d’armes en Syrie au nom de DIO et Doostan International Company pour fournir des services à AIO.

2013

15 janvier: Le président Barack Obama a signé la loi de 2012 sur la liberté et la lutte contre la prolifération de l’Iran (IFCA). La loi a sanctionné les secteurs économiques iraniens, y compris les transactions sur les métaux précieux utilisés pour des programmes de missiles, nucléaires ou militaires

13 mai: Le département du Trésor américain a désigné 20 personnes et entités pour leur implication dans les réseaux de missiles et de prolifération nucléaire iraniens. Le vice-ministre de la Défense et doyen de l’Université Malek Ashtar était parmi les personnes désignées pour sa contribution significative au programme de missiles iranien.

2014

29 avril: Le département du Trésor américain a sanctionné huit entreprises chinoises agissant pour faire proliférer des missiles balistiques au nom de Karl Lee, désigné en avril 2009.

2016

17 janvier: L’Office of Foreign Assets Control (OFAC) du Département américain du Trésor a désigné 11 entités et personnes basées aux Émirats arabes unis et en Chine, impliquées dans l’achat de matériaux pour le programme de missiles balistiques de l’Iran. Parmi les personnes sanctionnées figuraient Hossein Pournaghshband et sa société Mabrooka Trading, Chen Mingfu, Candid General Trading, etc.

16 mars: L’OFAC du Département du Trésor américain a sanctionné Shahid Nuri Industries et Shahid Movahed Industries, deux filiales du Shahid Hemmat Industrial Group (SHIG), pour leurs contributions au programme de missiles balistiques de l’Iran.

2017

3 février: Le département américain du Trésor a annoncé de nouvelles sanctions contre 13 personnes et 12 entités pour avoir soutenu le programme de missiles balistiques de l’Iran et son Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI). Les nouvelles sanctions sont intervenues moins d’une semaine après que l’Iran a testé un missile balistique à moyenne portée. Washington a condamné le lancement et a officiellement mis l’Iran «en garde» le 1er février.

21 mars: Les États-Unis ont imposé des sanctions à 11 entités et individus pour «transferts d’articles sensibles pour le programme de missiles balistiques de l’Iran». Les mesures faisaient partie d’un mouvement plus large en vertu de la loi sur la non-prolifération de l’Iran, de la Corée du Nord et de la Syrie.

17 mai: Le département américain du Trésor a mis sur liste noire trois personnes et quatre entités, dont un réseau basé en Chine, pour avoir soutenu le programme de missiles balistiques de l’Iran. Le Trésor a travaillé en collaboration avec le Département d’État, qui a publié un rapport semestriel au Congrès sur les violations des droits de l’homme en Iran.

18 juillet: Le département d’État américain a annoncé de nouvelles sanctions contre «18 entités et individus soutenant le programme de missiles balistiques de l’Iran et soutenant les achats militaires de l’Iran ou le Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) iraniens, ainsi qu’une organisation criminelle transnationale basée en Iran et des personnes associées . »

2 août : le président Trump a signé un projet de loi bipartite appelé la loi intitulée Countering America’s Adversaries Through Sanctions Act . Le projet de loi ordonne au président d’imposer des sanctions contre les programmes de missiles balistiques ou d’ADM de l’Iran, la vente ou le transfert à l’Iran d’équipement militaire ou une assistance technique ou financière connexe, et le Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI).

14 septembre: Le département du Trésor américain a sanctionné 11 entités et individus pour avoir soutenu le Corps des gardiens de la révolution iranien ou des réseaux responsables de cyber-attaques contre les États-Unis. «Ces sanctions visent une société iranienne apportant un soutien matériel au programme de missiles balistiques du CGRI, des compagnies aériennes qui soutiennent le transport de combattants et d’armes en Syrie et des pirates informatiques qui exécutent des cyberattaques contre des institutions financières américaines», a déclaré le secrétaire au Trésor Steven T. Mnuchin.

2018

4 janvier: L’Office of Foreign Assets Control (OFAC) du département américain du Trésor a sanctionné cinq entités basées en Iran pour des liens avec le programme de missiles balistiques du pays. Les États-Unis ont déclaré que les organisations appartenaient ou étaient contrôlées par une entreprise industrielle chargée de développer et de produire des missiles balistiques à propergol solide iraniens. Les sanctions ont gelé toutes les propriétés américaines détenues par les entités et ont interdit aux Américains de s’engager avec elles.

12 janvier: Les actions menées conformément au décret 13382 visaient les proliférateurs d’armes de destruction massive et leurs partisans. Les désignations comprenaient Shi Yuhua, de nationalité chinoise, pour la vente d’équipement de navigation à l’Iran Shiraz Electronics Industries et Pardazan System Namad Arman (PASNA) pour la fourniture de biens et de services aux industries iraniennes de composants électroniques. Le secrétaire au Trésor Mnuchin a déclaré que les États-Unis «ciblaient le programme de missiles balistiques et les activités de déstabilisation de l’Iran, qu’ils continuent de privilégier au bien-être économique du peuple iranien».

22 mai: Le Département du Trésor américain a sanctionné cinq Iraniens pour avoir fourni une expertise technique liée aux missiles balistiques ou pour avoir transféré des armes aux Houthis, un mouvement chiite Zaydi qui combat le gouvernement à majorité sunnite du Yémen depuis 2004. Les cinq personnes étaient associées au révolutionnaire islamique. Guard Corps Qods Force, une unité d’élite responsable des opérations en dehors de l’Iran.

2019

3 septembre: Les États-Unis ont imposé de nouvelles sanctions à l’Agence spatiale iranienne et à deux de ses instituts de recherche pour soutenir le développement de missiles balistiques. «Le programme de lanceurs spatiaux civils de l’Iran lui permet d’acquérir de l’expérience avec diverses technologies nécessaires au développement d’un ICBM – y compris la mise en scène, l’allumage des moteurs d’étage supérieur et le contrôle d’un missile à plusieurs étages tout au long du vol», a averti le département d’État.

11 décembre: Le Trésor américain a sanctionné la plus grande compagnie maritime iranienne, la République islamique d’Iran Shipping Lines (IRISL) et la compagnie aérienne nationale Mahan Air. Il a accusé l’IRISL d’avoir utilisé des documents falsifiés et d’autres tactiques trompeuses pour expédier secrètement des équipements pour l’Organisation des industries aérospatiales iraniennes (AIO) et le Shahid Hemmat Industries Group (SHIG) – entités qui exploitent le programme de missiles balistiques de l’Iran. Mahan Air aurait aidé Téhéran à transporter du graphite lié aux missiles et de la fibre de carbone de haute qualité en violation des sanctions de l’ONU.

2020

10 janvier: Le département du Trésor a également mis sur liste noire huit hauts responsables iraniens, dont le secrétaire du Conseil suprême de sécurité nationale, Ali Shamkhani. « Les États-Unis ciblent de hauts responsables iraniens pour leur implication et leur complicité dans les frappes de missiles balistiques de mardi », a déclaré le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin. L’Iran avait lancé plus d’une douzaine de missiles sur deux bases irakiennes abritant des troupes américaines en représailles au meurtre de Qassem Soleimani, le chef de la force d’élite Qods.

25 février: Le département d’État a annoncé des sanctions contre 13 entreprises et particuliers étrangers pour avoir soutenu le programme de missiles iranien. Les entités étaient basées en Chine, en Irak, en Russie et en Turquie. Le département d’État a déclaré que l’action était basée sur un examen périodique requis en vertu de la loi sur la non-prolifération de l’Iran, de la Corée du Nord et de la Syrie.

8 juin: Les États-Unis ont étendu les sanctions contre l’industrie maritime iranienne. Le département du Trésor a désigné les lignes maritimes de la République islamique d’Iran (IRISL) et sa filiale basée à Shanghai, E-Sail Shipping Company Ltd, ainsi que plus de 100 navires et pétroliers. «L’IRISL a transporté à plusieurs reprises des articles liés aux missiles balistiques et aux programmes militaires de l’Iran et est également un transporteur de longue date d’autres articles sensibles à la prolifération», y compris des articles pouvant être utilisés dans le programme nucléaire iranien, a déclaré le secrétaire Pompeo.

30 juillet: le secrétaire d’État Mike Pompeo a annoncé une extension majeure des sanctions liées aux métaux en Iran, administrées par le département d’État. Pompeo a identifié 22 matériaux spécifiques utilisés dans le cadre des programmes de missiles nucléaires, militaires ou balistiques de l’Iran et a déclaré que ceux qui avaient sciemment transféré ces matériaux en Iran étaient passibles de sanctions en vertu de l’article 1245 de la loi iranienne sur la liberté et la contre-prolifération.

21 septembre: Les États-Unis ont sanctionné 24 organisations gouvernementales, entreprises, responsables et fournisseurs liés aux programmes d’armes classiques, nucléaires et de missiles de l’Iran. Les nouvelles sanctions visaient six personnes et quatre entreprises qui fournissaient du carburant liquide pour les missiles balistiques et les fusées spatiales.

29 octobre: Le Département d’État a sanctionné six entreprises et deux personnes basées en Chine et à Hong Kong pour avoir fait des affaires avec des sociétés détenues ou contrôlées par IRISL. IRISL et sa filiale basée à Shanghai, E-Sail Shipping Company Ltd, avaient été sanctionnées en juin 2020 pour le transport d’articles liés aux missiles balistiques et aux programmes militaires de l’Iran.

25 novembre: Le Département d’État a sanctionné quatre entreprises situées en Chine et en Russie pour avoir soutenu le programme de missiles de l’Iran, en vertu de la loi sur la non-prolifération de l’Iran, de la Corée du Nord et de la Syrie. Deux de ces sociétés – Chengdu Best Materials Co. Ltd. et Zibo Elim Trade Co., Ltd. – étaient situées en Chine. Le groupe Nilco et la société par actions Elecon étaient situés en Russie.

2021

15 janvier: Les États-Unis ont sanctionné trois fabricants d’armes, sept compagnies maritimes internationales et deux chefs d’entreprise iraniens pour avoir transféré des armes à des mandataires en Syrie, au Liban, en Irak et au Yémen. «Cet équipement militaire, qui comprend des bateaux d’attaque, des missiles et des drones de combat, fournit un moyen pour le régime iranien de perpétrer sa campagne de terreur mondiale», a déclaré le secrétaire d’État Mike Pompeo . Les sanctions visaient trois branches du ministère iranien de la Défense: l’ Organisation des industries marines (MIO), l’ Organisation des industries aérospatiales (AIO) et l’ Organisation des industries aéronautiques iraniennes.(IAIO) ainsi que des entreprises iraniennes, chinoises et émiraties qui faisaient des affaires avec la compagnie maritime nationale iranienne, la République islamique d’Iran Shipping Lines (IRISL).

Chronologie: sanctions de l’ONU contre les missiles iraniens

2006

31 juillet: la résolution 1696 du Conseil de sécurité de l’ONU a appelé tous les États membres à «empêcher le transfert de tout article, matériel, bien et technologie qui pourrait contribuer aux activités d’enrichissement et de retraitement de l’Iran et aux programmes de missiles balistiques».

23 décembre: La résolution 1737 du Conseil de sécurité de l’ONU a ordonné à tous les États membres de l’ONU d’adopter des mesures pour empêcher la fourniture, la vente ou le transfert de matériaux à l’Iran qui pourraient être utilisés pour des programmes de missiles nucléaires ou balistiques. Parmi les personnes désignées figurait le général Yahya Rahim Safavi, alors commandant des Gardiens de la révolution, pour son implication présumée dans les programmes de missiles nucléaires et balistiques de l’Iran. La résolution 1737 a également appelé les membres à «faire preuve de vigilance» pour empêcher les individus impliqués dans les programmes de prolifération ou de missiles de l’Iran d’entrer ou de transiter sur leur territoire.

2007

24 mars:  La résolution 1747 du Conseil de sécurité des Nations Unies a interdit aux États membres de se procurer du matériel de combat ou des systèmes d’armes à l’Iran et a appelé les États à «faire preuve de vigilance et de retenue» en fournissant de tels articles à l’Iran. Il a également ajouté les noms de 18 personnes, entreprises et banques associées au programme de missiles nucléaires et balistiques de l’Iran et a exigé des États Membres qu’ils notifient au Conseil de sécurité chaque fois qu’un responsable iranien désigné pour des liens avec le programme nucléaire ou de missiles de l’Iran entre ou transite sur son territoire.

2008

8 mars: la résolution 1803 du Conseil de sécurité de l’ONU a appelé les États à «faire preuve de vigilance» lorsqu’ils accordent des crédits à l’exportation, des garanties et des assurances aux entités iraniennes. La résolution exhortait spécifiquement les États à couper les liens avec la Bank Melli et la Bank Saderat, que les États-Unis accusaient de fournir des services financiers pour les programmes nucléaires et de missiles balistiques de l’Iran.

2010

9 juin: La résolution 1929 du Conseil de sécurité de l’ ONU a exigé des États membres de l’ONU d’empêcher le transfert de technologie liée aux missiles vers l’Iran et a interdit à l’ Iran de développer ou de tester des missiles balistiques à capacité nucléaire. La résolution a également renforcé les restrictions de voyage antérieures et ciblait spécifiquement les Gardiens de la révolution et les lignes maritimes de la République islamique d’Iran (IRISL), un conglomérat maritime appartenant à l’État qui aurait été impliqué dans le transport d’articles liés au développement des missiles nucléaires et balistiques de l’Iran.

2015

20 juillet: La résolution 2231 du Conseil de sécurité de l’ONU a approuvé le Plan d’action global conjoint (JCPOA) mais a appelé l’Iran à ne pas entreprendre d’activité de missiles balistiques avant octobre 2023 ou jusqu’à ce que l’Agence internationale de l’énergie atomique conclue que toute activité nucléaire en Iran était pacifique.

Crédits photo: processus de mise à niveau de Zelzal via BICOM (utilisé avec l’autorisation de l’auteur); Site de missiles de Beyrouth via le ministère israélien des Affaires étrangères (domaine public); Missile saisi par EJ Hersom via le ministère de la Défense (domaine public); Brian Hook par Lisa Ferdinando via le ministère de la Défense (domaine public); Fateh 110 par Hossein Velayati via Wikimedia Commons (CC par 4.0)

Julia Broomer, assistante de recherche au Woodrow Wilson International Center for Scholars, a aidé à rédiger ce rapport

Mise à jour 17 février 2021

iranprimer.usip.org

Un commentaire

Laisser un commentaire