Israël : Confusion et défiance du public face aux demi-mesures anti-Covid

Publié par
Israeli border police officers enforce the emergency regulations on Jaffa Street in downtown Jerusalem on July 15, 2020. Photo by Yonatan Sindel/Flash90 *** Local Caption *** ?????? ???? ??? ??????? ?????? ????? ?? »? ?????? ???? ?????

Les demi-mesures dans la lutte contre le coronavirus en Israël sèment la confusion et la défiance

  coronavirus en Israël

Protestations devant les écoles

Les Israéliens sont plutôt perdus, malgré une légère baisse des niveaux d’infection par la covid,

à mi-chemin d’une campagne de vaccination largement plébiscitée et à moitié encore dans la vague, à moitié sortis d’un confinement irrégulier. 

La réponse populaire confuse et pleine de ressentiment (contre les gouvernants) menace de réduire à néant les premiers pas vers la réussite de cette « sortie » tant attendue.

Après des jours entiers à trébucher entre des scénarios contradictoires, ballotés par des ministres rivaux en lutte pour leur réélection, le cabinet du coronavirus a décidé de commencer à rouvrir les écoles le jeudi 11 février, signalant ainsi la deuxième étape d’une sortie progressive, après une durée de trois semaines de confinement. 

Cependant, les dispositions et les équivoques attachés à cette décision sont trop compliqués à suivre pour les autorités locales et les chefs d’établissement. En conséquence, pas plus d’un cinquième des écoliers, des enfants d’âge préscolaire et des classes 1 à 4 d’Israël, dans les districts «vert», «orange» et «jaune», sont libres d’aller en classe – même encore en petits groupes et à l’extérieur des écoles, avec une logistique redoutable encore à surmonter.

Les autres quatre cinquièmes des enfants des zones et des classes «rouges» de 5 à 12 ans sont condamnés à poursuivre leur enfermement qui subsiste depuis un an dans l’enseignement à distance.
Jeudi, la municipalité de Jérusalem a refusé en désespoir de cause d’ouvrir des écoles dans les quartiers sous drapeau rouge de la ville. (Voir la photo des parents et des enfants qui manifestent à Beit Hakerem.) D’autres autorités locales se sont élevées contre le fait de permettre aux centaines d’enseignants qui refusent d’accepter la vaccination, d’entrer dans la salle de classe. Le ministère de la Santé cherche un moyen légal de pénaliser ces enseignants en les soumettant à des tests covid toutes les 48 heures.

Cette agitation amène les éducateurs et les psychologues pour enfants à mettre en garde contre les dommages à long terme auxquels est confrontée la «génération zoom».


La débâcle au sein de l’école s’accompagne du spectacle d’une mutinerie rugissante des marchands. Le gouvernement a finalement décidé, conformément à sa stratégie de réouverture du commerce par étapes prudentes, de fixer :

  • au 23 février la date de la réouverture des magasins de rue, des centres commerciaux, des gymnases, des lieux de divertissement et des événements sportifs,
  • et au 9 mars, des restaurants, cafés, hôtels , les salles d’événements et les classes intermédiaires 7-10. Les entreprises seraient tenues d’exiger des certificats de vaccination des clients. La décision du cabinet de rouvrir l’économie le mois prochain est fondée sur le fait que 4 millions d’Israéliens ont reçu les deux doses du vaccin.

Cependant, jeudi matin, trois grands centres commerciaux, ainsi que certains hôtels et restaurants, ont décidé de ne plus attendre. Des centaines de milliers de petits magasins et entreprises ont coulé à jamais au cours de la dernière année et de nombreux autres sont au bord de la faillite. La matinée a vu des affrontements entre des commerçants, des policiers et des inspecteurs de la santé, qui ont infligé des amendes et des ordres de fermeture.

Ce mépris total des règles édictées par le gouvernement, qui a fortement perturbé le troisième confinement en Israël, se propage à mesure qu’il se termine. La confiance dans les mesures prises par un gouvernement en difficulté est au plus bas. La campagne de vaccination d’Israël ralentit, même si une campagne officielle ardue avec des incitations est en cours pour que les gens considèrent que cela en vaut la peine, surtout lorsque le succès de la campagne est frappant.

Les données collectées par le ministère de la Santé montrent une baisse de 41% des infections confirmées à covid-19 de mi-janvier à début février dans le groupe d’âge des plus de 60 ans, après la vaccination d’environ 90%, et une baisse de 31% des hospitalisations. En comparaison, pour les personnes âgées de 59 ans et moins – dont un peu plus de 30% ont été vaccinés – les cas ont baissé de seulement 12% et les hospitalisations de 5% au cours de la même période.

Deux millions d’Israéliens âgés de 18 à 50 ans doivent encore être vaccinés et c’est là que la réticence à se faire vacciner est prononcée – plus particulièrement dans certaines communautés ultra-orthodoxes et arabes. Les fausses rumeurs sur les réseaux sociaux alléguant les effets négatifs à long terme de l’inoculation doivent être combattues.


Contrairement à de nombreux autres pays, Israël bénéficie du luxe de disposer d’assez de vaccins pour tout le monde. Les industries pharmaceutiques locales de Teva sont en pourparlers avec les principaux fabricants de covid-19 pour coproduire une production supplémentaire urgente de vaccins pour lutter contre les nouvelles variantes hautement transmissibles du virus dans son ensemble. C’est ce qui a été révélé mercredi par le directeur général de Teva, Kare Schultz.

Teva s’est déjà associé au déploiement du vaccin Pfizer en Israël. Sa division logistique SLE gère tous les vaccins dans une installation souterraine près de l’aéroport principal d’Israël. Trente grands congélateurs réglés à moins 70 degrés Celsius (-94 Fahrenheit) peuvent contenir 5 millions de doses.

La petite baisse de l’infection israélienne enregistrée mercredi s’est élevée à 5 625 nouveaux cas (contre 7 000 plus la semaine dernière) et 7,5% de tests positifs (contre près de 9%). Mais 28 nouveaux cas gravement malades au cours des dernières 24 heures ont porté le total à 1027.

Vendredi, on a assisté à une nette amélioration. Les nouveaux cas de covid ont chuté à 4922 jeudi, en dessous de cinq mille pour la première fois depuis des mois, tandis que les tests positifs sont tombés à 6,7%. Le nombre de malades gravement malades dans les hôpitaux a chuté à 985, le chiffre le plus bas depuis le 8 janvier et le facteur critique R est tombé à 0,88. Cependant, 15 patients atteints de coronavirus sont décédés pendant la nuit, portant le total de la mortalité en un an à 5286.

Compte tenu de l’efficacité partielle des confinements et de la résistance croissante du public, les vaccinations restent le seul outil facilement viable pour freiner le virus et ses variantes en mutation.

Laisser un commentaire