Les milices iraniennes en marche au Moyen-Orient

Posted by

Tony Blair Institute

Des fantassins endoctrinés pour se battre en tant que «  guerriers sans frontières  » par le CGRI du régime

Le Corps des gardiens de la révolution islamique d'Iran (photo, cadets lors d'une cérémonie de remise des diplômes) contrôle un réseau de milices.  AFP
Le Corps des gardiens de la révolution islamique d’Iran (photo, cadets lors d’une cérémonie de remise des diplômes) contrôle un réseau de milices. AFP

L’Iran cherche à « reproduire à grande vitesse » ses milices alliées les plus puissantes dans toute la région du Moyen-Orient et de l’Asie Centrale, et a développé un nouveau modèle pour la construction d’alliances, a déclaré jeudi, un rapport du Tony Blair Institute for Global Change.

À un certain niveau, Téhéran est en train de façonner sa propre version du cadre de soft power (puissance souple) du savant Joseph Nye, mais son travail s’intensifie jusqu’à diriger les milices dans les guerres civiles et la fourniture d’armes.

Le rapport identifie les organismes culturels, éducatifs, religieux, humanitaires et diplomatiques impliqués dans le recrutement et l’endoctrinement des fantassins.

Ceux-ci utilisent les privilèges internationaux accordés à l’Iran en tant qu’État-nation pour établir une présence physique dans les pays cibles.

« La création d’une présence permet au régime de déplacer des agents vers les pays hôtes sous un prétexte apparemment légitime », a déclaré le rapport, La vision de Téhéran: la doctrine de la milice iranienne .

« Cette présence physique permet au processus de recrutement de commencer, avec Téhéran ciblant les individus et les communautés sensibles à l’idéologie du régime. »

L’effort est soutenu par des paiements de salaires et des dispositions sociales pour renforcer le recrutement.

Pour construire le système des loyautés, les envoyés iraniens mènent ensuite un processus d’endoctrinement et diffusent de la propagande idéologique.

La clé de ce processus repose sur le réseau de centres culturels et religieux qui distribuent du matériel de propagande pro-régime et anti-américain ou anti-israélien.

«Un processus graduel de radicalisation permet au régime d’identifier des individus ou des groupes qui adhèrent ou manifestent de l’enthousiasme envers les principes fondamentaux de la vision du monde de Téhéran», ajoute le rapport.

« Au fil du temps, le processus initial d’endoctrinement léger, qui se produit souvent dans le pays hôte, se traduit par des opportunités directes de visiter l’Iran, permettant un endoctrinement plus rigoureux. »

En faisant passer le processus à l’étape suivante, le Corps des gardiens de la révolution islamique cherchera à former une milice qui pourra être utilisée dans son intérêt.

Le CGRI, en particulier ses opérations à l’étranger arment la Force Qods, forme ces forces à partir de son réseau de quartiers généraux et de camps d’entraînement.

Sous la direction du quartier général de Ramazan, il lance des combattants formés à l’insurrection et à la guérilla.

Selon le rapport, ils sont endoctrinés pour se battre en tant que «guerriers sans frontières» pour atteindre l’objectif idéologique du chef suprême, l’ayatollah Ali Khamenei, de créer un État pan-chiite et d’éradiquer Israël.

« Surtout, en plus des installations en Iran même, le CGRI a établi un réseau de quartiers généraux et de camps à travers le Moyen-Orient dans des pays comme l’Irak et la Syrie », ajoute le rapport.

« Ce faisant, le CGRI a conçu une infrastructure qui peut fonctionner même si le régime clérical en Iran s’effondre. »

Le rapport constate que, comme le CGRI, ces groupes endoctrinés ne servent pas seulement la dissuasion de l’État iranien, mais se battront pour Khamenei indépendamment de leur accès au soutien financier.

Pour les contrer, il faudra une campagne de contre-insurrection et de désintoxication des cœurs et des esprits.

Imposer des sanctions à Téhéran ou accorder un allègement des sanctions ne suffira pas à mettre fin à leurs activités, indique le rapport.

.
.

Tony Blair, l’ancien Premier ministre britannique qui est maintenant président de l’Institute for Global Change, a déclaré que la recherche montrait qu’un retour au statu quo d’avant 2018 serait dangereux.

« Ce rapport constitue une partie essentielle de la toile de fond de la manière dont les décideurs politiques occidentaux aborderont l’Iran dans les mois à venir », a déclaré M. Blair.

«Rien de tout cela ne signifie que la diplomatie visant à réduire le programme nucléaire de l’Iran est erronée ou malavisée; au contraire, elle est nécessaire.

« Mais cela plaide pour que tout accord agisse comme un frein global à ces activités déstabilisantes. »

L’institut identifie un tournant dans l’approche de l’Iran pour développer des forces combattantes à l’extérieur du pays, après les manifestations qui ont suivi les élections de 2009, qui ont poussé le régime au bord du gouffre.

Le changement clé a été d’adapter la formation et les procédures de la milice Basij nationale.

L’architecte de cette refonte était Qassem Suleimani, qui a été tué par une frappe aérienne américaine près de l’aéroport de Bagdad il y a plus d’un an.

L’utilisation de milices qui imposent le contrôle de l’État sur la société est axée sur la Syrie, où les Iraniens pouvaient défendre un allié, le président Bashar Al Assad, et résister à une menace contre les sanctuaires chiites syriens, y compris Sayyida Zaynab.

Des membres de la police anti-émeute irakienne se tiennent près d'une affiche du commandant iranien Qasem Soleimani, qui a été tué lors d'une frappe de drone américain à Bagdad.  AFP
Des membres de la police anti-émeute irakienne se tiennent près d’une affiche du commandant iranien Qasem Soleimani, qui a été tué lors d’une frappe de drone américain à Bagdad. AFP

« Suleimani a appelé les commandants du CGRI qui étaient directement impliqués dans la répression des manifestations de l’Iran à se rendre en Syrie et à soutenir cet effort« , indique le rapport.

«Cela a conduit à la création du soi-disant Basij du peuple syrien, également connu sous le nom de Force de défense nationale.

«Fait remarquable, le plan du CGRI pour le FDN ne se limitait pas à la guerre mais avait cinq dimensions: militaire, sécuritaire, économique, politique et idéologico-culturelle.

« L’endoctrinement idéologique s’est avéré vital pour accroître la volonté des membres du Basij iranien de réprimer les soulèvements populaires chez eux contre le régime iranien. »

La défense des sanctuaires est devenue un moment idéologique qui a permis à Téhéran de radicaliser les milices Heydarioun irakiennes – y compris des éléments d’Asaib Al Haaq, de Kataib Hezbollah et du Badr Corps – de se battre en Syrie.

En ce qui concerne le plus long terme, Khamenei a conduit la création d’un niveau universitaire pour le système de milice.

« L’Université internationale Al Mustafa est, à toutes fins utiles, le moteur mondial d’endoctrinement de l’Iran et le plus grand atout du soft power iranien à l’étranger », indique le rapport.

L’université a été fondée par Khamenei en 2007 par deux organisations religieuses iraniennes: le Centre mondial des sciences islamiques; et l’Organisation des séminaristes.

L’enseignement de l’institution s’organise autour des pensées et discours khaménistes et des objectifs idéologiques de la révolution de 1979.

« Comme Ali Abbasi, le chef d’Al Mustafa, l’affirme, la » mission de l’université est d’organiser des écoles religieuses en accord avec [la diffusion] de la révolution islamique à l’étranger « », indique le rapport.

« Al Mustafa possède plus de 170 succursales en Iran et en dehors de l’Iran et opère dans plus de 80 pays, notamment en Asie, en Afrique et dans des villes européennes comme Londres. »

Là où le régime iranien a investi des ressources pour cultiver et organiser une phalange d’alliés en Syrie et en Irak, il consacre désormais ses efforts au Yémen également.

La capitale Sanaa est contrôlée depuis 2014 par les milices houthies soutenues par l’Iran.

« Il y a des centaines d’étudiants yéménites de tribus houthies qui étudient en Iran dans des endroits comme l’Université internationale Al Mustafa, dont certains ont explicitement manifesté une loyauté idéologique envers Khamenei », indique le rapport.

Mis à jour: 11 février 2021 15:25

thenationalnews.com

Laisser un commentaire