Golan: Israël appelle Poutine, puisque Biden n’appelle pas Netanyahu!

Posted by
Russian President Vladimir Putin (R) meets with Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu at the Kremlin in Moscow on February 27, 2019. (Photo by MAXIM SHEMETOV / POOL / AFP)

Des responsables israéliens en pourparlers avec le Kremlin 

Jérusalem veut apparemment s’assurer que le soutien de Poutine aux activités de Tsahal en Syrie ne sera pas compromis à la lumière des mesures américaines contre l’Iran et la Russie. Interprétation 

Ami Rohe Dombes | 10/02/2021 partage

http://kremlin.ru/events/president/news/64671/photos/64949

Ces derniers jours, il y a eu un certain nombre d’incidents liant la Russie, Israël, les États-Unis et la Syrie. Apparemment, sans rapport les uns avec les autres. Au Moyen-Orient, cependant, tout est lié. Tôt ou tard. Benjamin Netanyahu a donc appelé Poutine, alors qu’il n’est pas, lui-même, apprelé par Biden. Gabi Ashkenazi s’est entretenu avec Sergueï Lavrov. Benny Gantz s’est entretenu avec Shoigu. Il y a aussi des rumeurs selon lesquelles les Russes recherchent des corps d’Israéliens dans des cimetières en Syrie. Le secrétaire d’État américain Blinken rétropédale et met ouvertement en doute la souveraineté israélienne sur le plateau du Golan

Ce sont les événements de ces derniers jours. Une séquence de conversations « aléatoires » entre de hauts responsables israéliens et russes, des rumeurs russes et des déclarations de la Maison Blanche. « J’ai récemment parlé au téléphone avec le président russe Vladimir Poutine des problèmes régionaux et de la coordination continue entre Israël et la Russie face aux développements sécuritaires dans la région », a écrit Netanyahu dans un tweet. 

Le bureau du ministre de la Défense Benny Gantz a annoncé aujourd’hui (mercredi) qu’il s’entretenait avec le ministre russe de la Défense, Sergueï Shoigu, des défis sécuritaires au Moyen-Orient et en Syrie en particulier. « Gantz et Shoigu ont convenu de poursuivre l’important dialogue entre la Russie et Israël afin de maintenir la sécurité des forces, ainsi que la nécessité de promouvoir des mesures humanitaires dans la région », indique la publication.

<< Le ministre de la Défense, Ganz, a également mentionné à son homologue la nécessité d’agir conjointement, concernant le mode de fonctionnement actuel de la Cour pénale internationale de La Haye, et les deux respon4sables ont conclu qu’il était important de continuer à agir afin de préserver la capacité des États à défendre contre les menaces terroristes.  » 

Ashkenazi a écrit: «J’ai eu une longue et fructueuse conversation avec le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov. La Russie a un rôle important à jouer au Moyen-Orient, en particulier pour mettre un terme à la nucléarisation de l’Iran et concernant ses efforts de consolidation dans la région. Cette année, nous célébrons le 30e anniversaire du renouvellement des relations entre Israël et la Russie. J’ai convenu avec le Ministre Lavrov de célébrer le renouveau par une une série d’événements en Israël et en Russie.  » 

L’objectif: le soutien continu de Poutine à l’activité israélienne en Syrie

Je mentionnerai que Biden n’a pas encore parlé à Netanyahu, et en même temps son secrétaire d’État signale que les accords signés avec Trump concernant les hauteurs du Golan ne sont pas valides. Biden revient également au Conseil des droits de l’homme de l’ONU, signalant à l’Iran qu’il veut un accord et donnant un nouvel espoir pour des négociations avec les Palestiniens. 

Jérusalem veut apparemment s’assurer que le soutien de Poutine aux activités de Tsahal en Syrie ne sera pas compromis si Biden lance une carotte au Kremlin. Dans les premiers jours de son mandat, Biden a signé une prolongation des accords de contrôle des armements avec la Russie, une décision considérée comme favorable aux positions de Poutine après que ce dernier a violé l’accord sur les missiles d’une portée de 5500 kilomètres à l’époque Trump. Pour ceux qui ne s’en souviennent pas, la Russie a développé des missiles qui n’étaient pas autorisés en vertu de l’accord avec les États-Unis. 

Il semble qu’en Israël, les signaux sont interprétés à la baisse et que le soutien américain aux activités contre les Iraniens en Syrie peut recevoir moins de légitimité de la part de la Maison Blanche. Cela pourrait également faire pression sur la Russie pour qu’elle restreigne les actions d’Israël en Syrie. Une série de pourparlers de Jérusalem à Moscou signale parfois un changement attendu dans notre arène. Dans le contexte russe, la connexion avec nous n’est jamais gratuite. La question est de savoir ce qu’Israël devra paier pour consolider ce soutien. 

israeldefense.co.il

Laisser un commentaire