Paris, 1ère ville après Jérusalem, à adopter la définition de l’antisémitisme de l’IHRA

Posted by
Comment mieux se servir et plus efficacement de cet outil de travail pour faire avancer et aboutir les causes et procès restés en souffrance dans cette ville en particulier et partout ailleurs : Marche pas silencieuse pour Sarah Halimi z’l torturée, assassinée par un antisémite, Kobili Traoré, jugé « irresponsable » de ses actes, selon la Justice inique française.

Paris adopte la définition IHRA de l’antisémitisme

La ville devient la première capitale au monde, autre que Jérusalem, à adopter la définition du phénomène de l’Alliance internationale pour la mémoire de la Shoah. Les critiques radicaux antisionistes disent que la définition de l’IHRA étouffe la « liberté d’expression », [qu’ils confondent avec le droit d’inciter à la haine d’un pays, état ou peuple].

Par le personnel de  JNS et ILH  Publié le  0702-2021 11:54 Dernière modification: 02-07-2021 10:00

Maire de Paris Anne Hidalgo | Photo de dossier: Reuters / Gonzalo Fuentes

La ville de Paris, dirigée par la maire Anne Hidalgo, a adopté jeudi la définition de travail de l’antisémitisme de l’Alliance internationale pour la mémoire de la Shoah (IHRA).

La décision a été prise par le Conseil de Paris, dirigé par Anne Hidalgo. Le conseil, qui se compose de 163 conseillers, est chargé de gouverner la capitale française.

La définition de l’IHRA dit: « L’antisémitisme est une certaine perception des Juifs, qui peut être exprimée comme de la haine envers les Juifs. Les manifestations rhétoriques et physiques de l’antisémitisme sont dirigées contre des individus juifs ou non juifs et / ou leurs biens, contre des institutions communautaires et installations religieuses juives. « 

La décision de Paris, une grande capitale européenne, précède le Sommet mondial des maires du Mouvement de lutte contre l’antisémitisme le 16 mars.

L’événement numérique (Zoom) rassemblera des dirigeants municipaux et locaux du monde entier, pour chercher à leur donner les moyens d’éradiquer l’antisémitisme, les préjugés et la haine hors de leurs villes. Parmi les orateurs confirmés figurent Uwe Becker, le maire de Francfort, en Allemagne; Kostas Bakoyannis, maire d’Athènes, Grèce; William Peduto, maire de Pittsburgh, Pennsylvanie; et Gabriel Groisman, le maire de Bal Harbour, en Floride.

Sacha Roytman-Dratwa, directeur du mouvement de lutte contre l’antisémitisme, a déclaré que «l’antisémitisme n’est pas un concept abstrait; il se donne libre cours régulièrement dans les rues, les bureaux, les écoles, les foyers et les institutions des villes. Il est essentiel que les villes elles-mêmes s’attaquent de front à la haine des Juifs. Définir correctement l’antisémitisme est la première étape pour le vaincre. En adoptant la définition de l’IHRA, Paris donne un exemple formidable à d’autres capitales et grandes villes. Espérons que de nombreux autres maires et dirigeants municipaux seront inspirés à suivre les traces de Paris. « 

israelhayom.com

Laisser un commentaire