Biden mène le Moyen-Orient tout droit vers la guerre

Posted by
GOLAN HEIGHTS – OCTOBER 15: In this handout image provided by the Israeli Government Press Office (GPO), Prime Minister Benjamin Netanyahu (L) shakes hands with soldiers October 15, 2013. (Photo by Kobi Gideon/GPO via Getty Images)

La politique iranienne du président Joe Biden a été conçue et est mise en œuvre par les mêmes personnes qui ont négocié le JCPOA sous Obama, qui ont plaidé en faveur du renforcement et de l’autonomisation de l’Iran.

 Par  Caroline B. Glick  Publié le  05-02-2021 07:47 Dernière modification: 05-02-2021 07:47

Le lancement de la dernière fusée porte-satellite iranienne, appelée « Zuljanah », dans un lieu non divulgué en Iran cette semaine | Photo: ministère iranien de la Défense via AP

Lundi, l’ Iran a testé une nouvelle fusée. La fusée Zuljanah est une fusée à trois étages de 25 mètres (82 pieds) avec un moteur à combustible solide pour ses deux premiers étages et une fusée à combustible liquide pour son troisième étage. Il peut transporter une charge utile de 225 kg (496 livres).

La poussée du Zuljanah est de 75 kilotonnes (équivalent milliers de tonnes de TNT), ce qui est bien plus que nécessaire pour lancer le satellite en orbite. La forte poussée rend le Zuljanah plus comparable à un missile balistique intercontinental qu’à un lanceur spatial. L’ICBM terrestre américain LGM-30G Minuteman-III, par exemple, a une poussée de 90 kilotonnes. Le Zuljanah peut atteindre une hauteur de 500 kilomètres pour une orbite terrestre basse ou, s’il est lancé comme un missile, sa portée est de 5000 kilomètres (3100 miles) – assez loin pour atteindre la Grande-Bretagne depuis l’Iran.

Les experts israéliens en missiles estiment que l’Iran a payé 250 millions de dollars pour développer le projet Zuljanah. Le lancement ui-même de la fusée, lundi, a probablement coûté des dizaines de millions de dollars.

L’Iran est aujourd’hui dans une profonde détresse économique. Entre la récession mondiale découlant de la COVID-19, la corruption et la mauvaise gestion endémiques de l’Iran et les sanctions économiques américaines , 35% des Iraniens vivent aujourd’hui dans une pauvreté abjecte. Le rial iranien a perdu 80% de sa valeur au cours des quatre dernières années. Les données officielles situent le taux de chômage à 25%, mais on pense que ce nombre est beaucoup plus élevé. L’inflation de l’année dernière était de 44% dans l’ensemble. Les prix des denrées alimentaires ont augmenté de 59%.

Considéré dans le contexte de l’appauvrissement de l’Iran, l’investissement du gouvernement dans un programme ICBM à peine déguisé est d’autant plus révélateur. Avec 35% de la population vivant dans le dénuement absolu et les prix alimentaires en forte hausse, le régime a choisi les ICBM plutôt que de nourrir sa population.

L’essentiel de la couverture médiatique du lancement de Zuljanah n’a pas réussi à enregistrer l’importance du projet, à la fois pour ce qu’il dit sur les capacités de l’Iran et ce qu’il dit sur les intentions du régime. Au lieu de cela, la couverture s’est concentrée sur le moment du test. Les Iraniens ont effectué le test, alors qu’ils enfreignaient de manière extravagante les limites de leurs activités nucléaires qu’ils ont acceptées lorsqu’ils ont consenti à l’accord nucléaire de 2015.

Les Iraniens enrichissent maintenant de l’ uranium à 20% de pureté – bien au-delà des 3,67% autorisés en vertu du soi-disant Plan d’action global conjoint (JCPOA). Ils utilisent des centrifugeuses avancées interdites pour l’enrichissement en cascades dans leur installation nucléaire de Natanz. Ils entament des cascades d’uranium avec des centrifugeuses de sixième génération dans leur réacteur nucléaire souterrain de Fordow, au mépris total du JCPOA. Ils stockent du yellowcake d’uranium bien au-delà des quantités autorisées dans l’accord. Ils produisent de l’uranium métal en violation de l’accord. Et ils ont testé des roquettes d’essai qui peuvent facilement être converties en ICBM à capacité nucléaire.

Les reportages sur le nucléaire agressif de l’Iran l’ont présenté dans le contexte de la prise de poste de la nouvelle administration Biden à Washington. On fait valoir que l’Iran prend ces mesures agressives pour faire pression sur l’administration Biden, afin qu’elle tienne sa parole de ramener les États-Unis dans le cadre du JCPOA et d’abroger les sanctions économiques contre l’Iran. En 2018, le président de l’époque, Donald Trump, a renoncé au JCPOA et a réimposé les sanctions économiques qui avaient été abrogées en 2015 avec la mise en œuvre de l’accord. L’idée de l’Iran est que, par crainte de ses progrès nucléaires rapides, l’équipe de Biden agira d’urgence pour apaiser l’Iran.

Le test de Zuljanah a notamment révélé la folie stratégique au cœur de l’accord, qui a été conçu, avancé et conclu par le président de l’époque Barack Obama et ses conseillers principaux.

La principale hypothèse stratégique qui a guidé Obama et ses conseillers était que l’Iran était une puissance responsable capable de parvenir à un statu quo, et devrait être considéré comme faisant partie de la solution – ou était même « la solution » plutôt que le problème au Moyen-Orient. Le parrainage du terrorisme par l’Iran, ses guerres par procuration et son programme nucléaire ont été perçues comme les conséquences malheureuses d’un (dés-)équilibre des pouvoirs régional qui a mis trop de pouvoir entre les mains des alliés des Américains – d’abord et avant tout Israël et l’Arabie saoudite – et trop peu de pouvoir entre les mains de l’Iran. Pour stabiliser le Moyen-Orient, a fait valoir Obama, l’Iran devait être renforcé et autonomisé et les alliés américains devaient être affaiblis. Comme l’a dit le vice-président de l’époque Biden en 2013, «notre plus gros problème ce sont nos alliés».

Selon Obama, un nouvel équilibre des pouvoirs respecterait les «actions» de l’Iran en Syrie, en Irak, au Liban et au Yémen. Quant au programme nucléaire, qui était illégal en vertu du Traité de non-prolifération nucléaire, signé par l’Iran, il était tout à fait compréhensible. Étant donné que le Pakistan, l’Inde et présuppose t-on, Israël ont des arsenaux nucléaires, ont déclaré les conseillers d’Obama, le désir de l’Iran d’en avoir un était raisonnable.

Avec cette perspective informant ses négociateurs, la légitimation par le JCPOA du programme nucléaire iranien est logique. Le but de l’accord n’était pas d’empêcher l’Iran de devenir une puissance nucléaire. Il s’agissait d ‘«équilibrer» Israël en délégitimant toute action israélienne visant à empêcher l’Iran de devenir une puissance nucléaire.

Alors qu’Israël et les autres alliés de l’Amérique seraient massivement lésés par ce nouvel équilibre des pouvoirs, Obama et ses partenaires européens ont estimé qu’ils seraient plus en sécurité. En tant que puissance dominatrice régionale sûre, l’Iran ne les attaquerait pas.

L’accord reflétait ce point de vue. Une clause non contraignante du JCPOA appelle l’Iran à limiter la portée de ses missiles balistiques à 2000 kilomètres (1240 miles), ce qui met les États-Unis et la majeure partie de l’Europe hors de portée.

De nombreux commentateurs ne considèrent l’administration Biden que comme le troisième mandat d’Obama. Et du point de vue de sa politique iranienne, c’est certainement le cas. La politique iranienne du président Joe Biden a été conçue et est mise en œuvre par les mêmes personnes qui ont négocié le JCPOA sous Obama.

En plus d’Obama lui-même, le dirigeant le plus responsable du JCPOA était Rob Malley, qui a dirigé les négociations avec l’Iran. Dans un article d’octobre 2019 paru dans Foreign Affairs (Affaires étrangères), Malley a expliqué à quoi devrait ressembler la politique iranienne de la prochaine administration démocrate. Il a affirmé que la stratégie de pression maximale de Trump amenait la région au bord de la guerre, parce qu’elle était basée sur le renforcement des alliés américains dirigés par Israël et l’Arabie saoudite pour lutter contre l’agression régionale de l’Iran et son programme nucléaire. En d’autres termes, il était basé sur la restauration et le renforcement de l’équilibre régional des pouvoirs qu’Obama s’est mis à saper, au profit de l’Iran et au détriment des alliés régionaux de l’Amérique.

Malley a écrit que le seul moyen d’empêcher la guerre était de revenir au JCPOA et à la politique d’Obama visant à renforcer l’Iran aux dépens des alliés américains – en particulier Israël et l’Arabie saoudite.

Le test de Zuljanah lundi a démontré que l’Iran ne partage pas l’opinion de Malley sur sa position. Il n’a pas dépensé 250 millions de dollars pour une fusée / missile qui peut frapper l’Europe parce qu’il a peur d’Israël et de l’Arabie saoudite. Il a développé le Zuljanah parce qu’il veut avoir la capacité d’attaquer l’Europe. Et il veut attaquer l’Europe parce que c’est un régime révolutionnaire, plutôt qu’un régime en quête de statu quo, qui cherche la domination mondiale et non la stabilité régionale.

En ce qui concerne le timing, le Zuljanah a été testé en février 2021 plutôt qu’en octobre 2020, car l’Iran a été dissuadé par Trump et sa stratégie de pression maximale et il est renforcé par Biden et sa stratégie d’apaisement maximum. La perspective d’une guerre a diminué sous Trump. Maintenant, il augmente avec chaque déclaration faite par le secrétaire d’État américain Anthony Blinken et le conseiller à la sécurité nationale Jake Sullivan. Ces derniers jours, les deux hauts responsables ont averti que l’Iran s’approchait dangereusement des capacités nucléaires militaires indépendantes. Et tous deux ont clairement indiqué que pour faire face au problème, l’administration avait l’intention de revenir au JCPOA.

Cette politique est irrationnelle, même lorsqu’elle est évaluée dans le cercle cognitif fermé de l’équipe Biden / Obama. Ils ont l’intention de faire une concession irrévocable à l’Iran – des milliards de dollars de revenus qui couleront dans ses coffres une fois les sanctions levées. Et en échange, ils demandent à l’Iran de faire un geste révocable. L’Iran a rétabli son enrichissement nucléaire à Fordow et a élevé son niveau d’enrichissement à 20% en un clin d’œil. S’il éteint les interrupteurs pour obtenir l’allégement des sanctions, il peut les réactiver dès que l’argent commence à couler.

Cela se produira presque certainement en juin au plus tard. Le 18 juin, l’Iran organisera des élections présidentielles. Le président Hassan Rohani et le ministre des Affaires étrangères Javad Zarif quitteront tous deux leurs fonctions. Tous les candidats viables actuels sont issus du Corps des Gardiens de la Révolution et on peut être assuré que tous abandonneront le JCPOA. Au mieux, la durée de conservation restante du JCPOA est de quatre mois.

Biden, Blinken, Sullivan, Malley et leurs collègues doivent tous être conscients que c’est le cas. Le fait qu’ils avancent avec leur stratégie vouée à l’échec indique tout de même qu’ils sont idéologiquement attachés à leur plan et qu’ils s’y tiendront s’il s’avère qu’il conduit la région tout droit à la guerre.

Cela nous amène à la position d’Israël. Au cours des années Trump, Israël et les États-Unis ont été pleinement coordonnés dans leurs actions conjointes et séparées pour saper le programme nucléaire iranien et ses opérations en Syrie et en Irak. Comme l’a récemment expliqué un haut responsable du Conseil de sécurité nationale de Trump, « En travaillant ensemble, les agences de renseignement des deux pays ont pu accomplir plus qu’elles ne le pouvaient seules« .

De toute évidence, ces jours sont révolus à présent. Et alors que l’équipe de Biden fait pleinement sentir sa présence, les options d’Israël pour empêcher l’Iran de devenir une puissance nucléaire diminuent.

Lorsque le chef d’état-major de Tsahal, le lieutenant-général Aviv Kochavi, a annoncé le mois dernier qu’il avait ordonné aux commandants de Tsahal de préparer des plans opérationnels pour frapper les installations nucléaires iraniennes, la plupart des commentateurs ont supposé que son public-cible était le régime iranien. D’autres ont fait valoir qu’il adressait un avertissement à l’administration Biden. Les premiers ont affirmé qu’il cherchait à forcer l’Iran à s’éloigner du bord du gouffre nucléaire. Les derniers ont fait valoir qu’il exigeait que l’administration Biden prenne au sérieux les positions d’Israël avant de procéder à l’abrogation des sanctions.

Mais face au fanatisme stratégique de l’équipe Biden et à la course de l’Iran tout près de la ligne d’arrivée nucléaire, il est au moins tout aussi probable que le public visé par Kochavi n’était ni les Iraniens, ni les Américains. Au lieu de cela, il a peut-être dit au public israélien de se préparer à ce qui s’en vient. Et il a peut-être aussi dit aux partenaires régionaux d’Israël que le moment était venu pour une action conjointe.

israelhayom.com

Laisser un commentaire