Macron veut faire entrer Israël et l’Arabie Saoudite dans les négociations sur l’Iran.

Posted by

Refus sec de la partie adverse

Macron: Israël et les Saoudiens doivent être impliqués dans de nouvelles négociations sur l’accord nucléaire iranien

Le Conseil de sécurité national américain a déclaré qu’il devait tenir une réunion urgente sur le programme nucléaire de Téhéran, alors que le président français propose d’être un «  courtier honnête  » dans les négociations

Le président français Emmanuel Macron au palais présidentiel de l’Elysée à Paris le 10 juillet 2020 (Photo Christophe ENA/AFP)

Le président français Emmanuel Macron a proposé jeudi soir d’être un «intermédiaire honnête» dans les discussions entre les États-Unis et l’Iran afin de relancer l’accord nucléaire de 2015.

«Je ferai tout ce que je peux pour soutenir toute initiative du côté américain de renouer avec un dialogue exigeant, et j’essaierai d’être un courtier honnête et engagé dans ce dialogue», a déclaré Macron au think Tank du Conseil atlantique.

L’ancien président américain Donald Trump a retiré les États-Unis de l’accord en 2018 et a imposé de nombreuses sanctions à l’Iran. L’accord s’est depuis, en grande partie, effondré, Téhéran retournant à l’enrichissement de l’uranium à des degrés et des montants supérieurs aux plafonds fixés par l’accord. Le dirigeant français a tenté à plusieurs reprises et sans succès de persuader Trump de réintégrer le pacte de 2015.

Macron a plaidé en faveur de nouvelles négociations avec l’Iran qui limiteraient également le programme de missiles balistiques de la République islamique et qui comprendrait Israël et l’Arabie saoudite.

Ces derniers pays étaient farouchement opposés à l’accord de 2015 et ont soutenu la décision de Trump de retirer les États-Unis.

L’Iran a répété à plusieurs reprises qu’il n’accepterait aucune nouvelle négociation.

(From R) French President Emmanuel Macron, Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu and his wife Sara Netanhayu attend a ceremony commemorating the 75th anniversary of the Vel d’Hiv roundup in Paris on July 16, 2017. / AFP PHOTO / POOL / Kamil Zihnioglu

On ne sait pas si l’offre de Macron de servir de «courtier» (médiateur) serait considérée comme la bienvenue à Washington.

Le Conseil de sécurité nationale américain tiendra une réunion urgente vendredi sur le programme nucléaire iranien, selon un rapport d’Axios , alors que l’administration du président américain Joe Biden réfléchit à la manière de s’engager avec Téhéran dans un effort pour revenir à l’accord.

Axios a déclaré qu’une question centrale en débat sera de savoir s’il faut agir rapidement pour revenir à l’accord, ou attendre après l’élection présidentielle iranienne en juin 21.

Pendant ce temps, le conseiller à la sécurité nationale de Biden, Jake Sullivan, a déclaré jeudi que les États-Unis étaient «activement engagés» dans des consultations avec leurs alliés européens, en particulier l’Allemagne, le Royaume-Uni et la France, pour «produire un front unifié en ce qui concerne notre stratégie envers l’Iran et pour traiter de la diplomatie autour du dossier nucléaire.

Selon Reuters, les ministres des Affaires étrangères des États-Unis, du Royaume-Uni, de la France et de l’Allemagne devraient discuter de l’accord avec l’Iran dans les prochains jours.

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a suggéré dans une interview cette semaine que l’Union européenne pourrait aider à «synchroniser» les actions des deux parties afin de renforcer la confiance et de relancer l’accord.

Le conseiller américain à la sécurité nationale Jake Sullivan prend la parole lors d’un point de presse à la Maison Blanche le 4 février 2021 à Washington. (AP / Evan Vucci)

L’Iran insiste pour que les États-Unis abandonnent les nouvelles sanctions imposées par Trump avant de revenir à l’accord, mais la nouvelle administration Biden a déclaré que Téhéran devrait respecter les termes de l’accord de 2015 avant qu’elle-même n’agisse.

La suggestion de Zarif d’impliquer l’UE a reçu un accueil chaleureux à Washington, où un porte-parole du département d’État a réitéré les demandes américaines mardi.

Mardi, le porte-parole du département d’Etat américain, Ned Price, a déclaré que Washington et Téhéran étaient «loin» d’un retour à l’accord.

Price a déclaré que le président américain Joe Biden avait été «très clair» que «si l’Iran revenait en pleine conformité avec ses obligations au titre de [l’accord], les États-Unis feraient de même, et nous utiliserions alors cela comme plate-forme pour construire un un accord à plus long terme et plus fort qui aborde également d’autres sujets de préoccupation.

«Bien sûr, cependant, nous en sommes loin.»

Price a déclaré que les premières étapes pour Washington consistaient à «consulter nos alliés, consulter nos partenaires, consulter le Congrès avant d’arriver au point où nous irions nous engager directement avec les Iraniens et d’être prêts à accepter toute sorte de propositions».

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, assiste à une conférence de presse avec le ministre vénézuélien des Affaires étrangères Jorge Arreaza à Caracas, Venezuela, le 5 novembre 2020 (Crédit: AP Photo / Matias Delacroix)

Il a ajouté: «Nous n’avons pas … eu de discussions avec les Iraniens, et je ne m’attendais pas à ce que nous le fassions, tant que ces premières étapes n’auraient pas été franchies.

Le mois dernier, Téhéran a annoncé qu’il commençait à enrichir de l’uranium jusqu’à 20% – bien au-delà des 3,5% autorisés dans le cadre de l’accord nucléaire, et une mesure technique qui reste relativement modique, par rapport aux 90% nécessaires pour fabriquer une arme nucléaire. L’Iran a également déclaré qu’il commençait des recherches sur l’uranium métal, un matériau qui a techniquement des utilisations civiles, mais qui est considéré comme une autre étape probable vers une bombe nucléaire.

L’agence nucléaire des Nations Unies a déclaré que l’Iran avait continué à intensifier son programme nucléaire ces dernières semaines en enrichissant davantage l’uranium et en installant de nouvelles centrifugeuses dans son usine souterraine de Natanz, selon un rapport publié mardi.

L’Iran insiste sur le fait qu’il ne cherche pas à développer des armes nucléaires.

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a déclaré dimanche que l’Iran était actuellement à quelques mois avant  de pouvoir produire suffisamment de matériel pour construire une arme nucléaire. Et, a-t-il dit, ce délai pourrait être réduit à «une question de semaines» si Téhéran viole davantage les restrictions qu’il a acceptées dans le cadre de l’accord nucléaire de 2015 avec les puissances mondiales.

Les responsables de l’administration Biden ont indiqué qu’Israël serait impliqué dans son processus de prise de décision concernant le programme nucléaire iranien.

Lessakel avec agences

Laisser un commentaire