Enquête sur la disparition d’une femme et de son fils de 5 ans

Posted by

Galit Tzarfati, une résidente de Kochav Michael dans le sud, est passée dans la clandestinité avec son fils en raison d’un différend relatif à la garde. • Le tribunal de la famille a précédemment jugé qu’elle mettait l’enfant en danger. Aidez-la

Publié dans: 04.02.2021 14:44 Mis à jour à: 04.02.2021 15:200

  • Le chef de la police de Kochav Michael. Dans la petite photo: Galit Tzarfati
  • Le chef de la police de Kochav Michael. Dans la petite photo: Galit Tzarfati

Publication autorisée: la police enquête depuis environ deux semaines sur la disparition de Galit Tzarfati (44 ans), une résidente du Moshav Kochav Michael dans le sud, et de son fils de 5 ans, et demande l’aide du public pour localiser le garçon.

La mère et son fils sont entrés dans la clandestinité à la suite d’un différend concernant la garde, qui dure depuis longtemps devant divers tribunaux, jusqu’à ce que le tribunal de la famille de Kiryat Gat décide que l’enfant soit transféré à la garde de son père, en raison du danger présenté par la mère. La mère a fait appel au tribunal de district et il s’est rangé du côté du papa, tout comme la Cour suprême. La police est entrée en scène pour appliquer la décision.

La juge de la Cour de la famille, Galit Cohen, a écrit dans sa décision: « Une image claire se dégage, centrée sur un enfant à la voix douce, condamné à vivre sa petite enfance dans l’ombre d’un conflit entre ses parents, dont la mère est malheureusement responsable. «Elle devait chercher un traitement émotionnel-psychologique pour faire face à ses angoisses et sa perception subjective de la réalité, mais elle ne l’a pas fait.  Malheureusement, il est clair que les pensées de la mère sont cloisonnées.

Le chef de la police à Kochav Michael

« La mère pointe le doigt du blâme partout et contre tout le monde – vers la police, les travailleurs sociaux et le service de l’aide sociale en général, les experts au nom du tribunal et du tribunal lui-même sans aucune capacité à accepter la possibilité plus probable, objective et subjective que le père ne nuit pas sexuellement au mineur », dit-il.

La mère s’approprie le mineur et a du mal à créer une séparation entre elle-même et lui, sans être consciente de ses besoins émotionnels et incapable de répondre à ses besoins, comprendre ses peurs et ses croyances; « Cela lui fait du mal et, par exemple, les rapports reçus de la maternelle qu’il visite, montrent que ses besoins émotionnels, mentaux et développementaux ne sont pas satisfaits. « 

Français avec son fils

La police mène une enquête depuis environ deux semaines en vertu d’une ordonnance de non-communication, qui concerne la localisation de l’enfant. Des dizaines de policiers recherchent la mère et l’enfant. La police estime qu’ils se trouvent dans la région de Kochav Michael. La police estime que les parents de Galit, qui vivent dans le moshav, l’aident et la cachent ainsi que son fils. Les grands-parents ont refusé de coopérer avec la police.

Le père a déclaré: « Je traverse des jours difficiles … à cause de toute cette affaire et de ses allégations contre moi, qui ont été réfutées une par une. Selon la décision du tribunal, elle aurait dû transférer l’enfant sous ma garde. Elle a depuis disparu. J’espère vraiment que sa recherche permettra de retrouver l’enfant. « Elle vient de disparaître. Je n’ai aucune idée de l’endroit où elle se trouve et elle n’est peut-être pas du tout dans le pays. Je suis très inquiète, car elle est dangereuse pour elle-même et l’enfant. « << Depuis le début de l’enquête, la police utilise les meilleurs enquêteurs et tous les moyens dont elle dispose, en collaboration avec d’autres facteurs professionnels. Le tout dans le but de localiser l’enfant le plus rapidement possible, d’assurer sa sûreté et sa sécurité et mise en œuvre de la décision de justice.

La police demande l’aide du public pour localiser l’enfant ou transmettre tout détail qui pourrait aider à localiser l’emplacement de sa mère. Quiconque sait où il se trouve est prié de contacter la Hotline 100 ou la station Sderot au 08-6620456.

israelhayom.co.il

Laisser un commentaire