Macron a t-il voulu compenser l’arrivée de Malley par l’entrée de MbS au club du JCPOA?

Posted by

L’Iran rejette de nouveaux acteurs et de nouvelles négociations sur un accord nucléaire

Malley, ancien assistant controversé d’Obama, est nommé comme principal envoyé de Biden pour l’Iran.

C’est une très mauvaise nouvelle. Dans ce cadre, que le voisin direct et possible belligérant de l’Iran, l’Arabie Saoudite, puisse au moins bénéficier d’un strapontin autour d’une négociation qui le concerne directement était une preuve de bon sens. On sait que cette notion échappe complètement aux fanatiques à Téhéran.

Par REUTERS , LAHAV HARKOV   30 JANVIER 2021 21h25

PHOTO DE DOSSIER: Des membres des médias et des responsables visitent le réacteur nucléaire à eau d'Arak, en Iran, le 23 décembre 2019. WANA (Agence de presse pour l'Asie occidentale) via REUTERS (crédit photo: REUTERS)

FILE PHOTO: Des membres des médias et des responsables visitent le réacteur nucléaire à eau d’Arak, en Iran, le 23 décembre 2019. WANA (West Asia News Agency) via REUTERS(crédit photo: REUTERS)

Le ministère iranien des Affaires étrangères a rejeté toute nouvelle négociation ou modification des participants à l’accord nucléaire de Téhéran avec les puissances mondiales, après que le président français Emmanuel Macron a déclaré que les nouvelles négociations devraient inclure l’Arabie saoudite. Ces remarques sont intervenues après que la Maison Blanche a confirmé que le diplomate vétéran et agent pro-Iranien Robert Malley a été nommé envoyé spécial américain pour l’Iran. Membre clé de l’équipe de négociation nucléaire de l’ancien président Barack Obama, Malley est une figure controversée en Israël, où il est considéré comme mou envers Téhéran et dur envers Jérusalem.

Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Saeed Khatibzadeh, est cité par les médias d’État samedi en disant: «L’accord nucléaire est un accord international multilatéral ratifié par la résolution 2231 du Conseil de sécurité des Nations Unies qui n’est pas négociable et dont les parties sont claires et inchangeables.

La nouvelle administration du président Joe Biden a déclaré qu’elle rejoindrait l’accord , que l’administration Trump a abandonné en 2018, mais seulement après que Téhéran aura repris le plein respect de ses conditions.

« Il est clair que les Iraniens jouent avec détermination, c’est pourquoi la pression sur eux ne peut pas se relâcher », a déclaré un responsable israélien. «Il n’y a qu’un espoir que les Iraniens parviendront à un compromis s’ils croient que c’est la seule façon pour faire lever les pressions. Si la pression est levée prématurément, on ne peut espérer aucune concession de la part des Iraniens.

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a déclaré que l’administration Biden consulterait ses alliés au Moyen-Orient, y compris Israël, avant d’engager des pourparlers avec l’Iran. Les responsables israéliens ont exprimé l’espoir que cela signifie qu’il y aura un dialogue positif à l’avenir, et ont souligné la nécessité d’arrêter complètement le programme nucléaire iranien.

Formellement appelé le Plan d’action global conjoint (JCPOA), l’accord nucléaire conclu par l’Iran et six grandes puissances engagent l’Iran à restreindre son programme nucléaire en échange d’un allégement des sanctions des États-Unis et d’autres. Israël et les États arabes du Golfe se sont fermement opposés à l’accord, car il n’était pas assez strict. L’Arabie saoudite et son allié, les Émirats arabes unis, ont déclaré que les États arabes du Golfe devraient être associés à toute reprise des pourparlers, qui devraient également aborder le programme de missiles balistiques de l’Iran et son soutien aux milices supplétives à travers tout le Moyen-Orient. Macron a souligné dans ses commentaires de vendredi, cités par la télévision Al Arabiya, la nécessité d’éviter ce qu’il a appelé l’erreur d’exclure d’autres pays de la région, comme ce fut e cas lors de la négociation de l’accord de 2015. L’Arabie saoudite, qui est enfermée dans plusieurs guerres par procuration dans la région avec Téhéran, y compris au Yémen, a soutenu la campagne de «pression maximale» de Trump contre l’Iran.

Macron a déclaré que toute nouvelle négociation sur l’accord nucléaire avec l’Iran serait très «stricte» et qu’il restait très peu de temps pour empêcher Téhéran d’avoir une arme nucléaire.

Khatibzadeh a déclaré que Macron devrait «faire preuve de retenue» et que «si les responsables français s’inquiètent de leurs énormes ventes d’armes aux États arabes du golfe Persique, ils feraient mieux de reconsidérer leurs politiques. «Les armes françaises, ainsi que d’autres armes occidentales, provoquent non seulement le massacre de milliers de Yéménites, mais sont également la principale cause de l’instabilité régionale.

A Jérusalem et à Washington, la nomination de l’antisioniste Malley a été précédée de controverses. Malley, qui est fortement en faveur des négociations avec l’Iran, s’est prononcé contre les conditions de l’ancien secrétaire d’État Mike Pompeo pour la levée des sanctions contre l’Iran, qui incluent une transparence totale de son programme nucléaire, la fin de l’enrichissement d’uranium, la libération de citoyens américains et la fin du soutien aux groupes terroristes comme le Hamas et Hezbollah. Il a également un curriculum vitae long comme le bras de positions qui ont été difficiles pour Israël. Après les pourparlers de Camp David en 2000, au cours desquels Malley était l’assistant spécial du président de l’époque Bill Clinton pour les affaires arabo-israéliennes, il a contredit Clinton et son principal négociateur pour la paix au Moyen-Orient, Dennis Ross, qui a déclaré qu’Arafat s’était éloigné de l’offre de paix du Premier ministre de l’époque Ehud Barak. Malley a déclaré que l’offre de Barak était insuffisante, une affirmation qui conférait du crédit au récit selon lequel Israël ne voulait pas la paix. L’effondrement des négociations de 2000 a été rapidement suivi de la deuxième Intifada, au cours de laquelle des terroristes palestiniens ont tué plus de 1 000 civils israéliens.

L’association de Malley avec la campagne d’Obama de 2008 a pris fin après qu’il s’est avéré qu’il cultivait des entretiens avec des représentants du Hamas, mais en 2014, Obama l’a nommé au Conseil de sécurité nationale.

Les responsables israéliens n’ont fait aucun commentaire sur cette nomination. Anticipant que Malley serait choisi comme envoyé, un haut responsable a déclaré la semaine dernière: «Nous le connaissons, mais en fin de compte, celui qui autorisera l’accord sera le président. Le président décidera de la politique. »Mais un autre ancien responsable israélien impliqué dans le portefeuille iranien a exprimé sa préoccupation: «Si l’administration voulait vraiment répondre à nos préoccupations concernant l’accord nucléaire iranien, elle ne nommerait pas la personne la plus susceptible de les susciter», a-t-il dit.

Le sénateur américain Tom Cotton a tweeté la semaine dernière qu’il est «profondément troublant que le président Biden envisage de nommer Rob Malley pour diriger la politique iranienne. Malley a une longue expérience de sympathie pour le régime iranien et d’animosité envers Israël. Les ayatollahs n’en croiraient pas leur yeux s’il était choisi.

Xinyue Wang, un Américain emprisonné en Iran en 2016, a tweeté que Malley «n’a joué aucun rôle positif dans la facilitation de ma libération», et a postulé que la nomination de Malley enverrait un message à l’Iran qui est contraire aux déclarations du secrétaire d’État Antony Blinken que les États-Unis recherchent. renforcer le JCPOA et défendre les droits de l’homme.

Gilead Sher, chef de cabinet de Barak lorsqu’il était Premier ministre, a tweeté que Malley «fera un superbe envoyé en Iran. Nous avons eu nos divergences au fil des ans, mais cela n’a affecté ni la confiance ni l’amitié. Les membres de la Squad et les extrémistes de gauche dits « progressistes » et pro-iraniens ont défendu Malley. Le sénateur Bernie Sanders a qualifié Malley « d’un excellent choix pour le rôle d’envoyé iranien » et « (qu’il s’agit) d’un expert extrêmement compétent avec une grande expérience dans la promotion de la sécurité américaine par la diplomatie plutôt que par la guerre. » J Street (dont Malley est cofondateur) a applaudi la nomination de Malley, affirmant que «sa carrière distinguée et ses talents impressionnants font de lui le choix parfait pour assumer un rôle aussi vital à un moment critique.

Un responsable du département d’État a déclaré: «Le secrétaire Blinken est en train de constituer une équipe dédiée, en s’appuyant sur des experts au regard clairvoyant avec une diversité d’opinions. À la tête de cette équipe en tant qu’envoyé spécial pour l’Iran, on trouvera Rob Malley, qui apporte à ce poste un bilan riche de succès dans la négociation des contraintes sur le programme nucléaire de l’Iran. » Le secrétaire (Blinken) est convaincu que lui et son équipe pourront le faire à nouveau », a déclaré le responsable.

Ce poste ferait de Malley la personne-ressource dans les efforts de Biden pour traiter avec l’Iran, après des années de détérioration (calculée) des relations sous l’ancien président Donald Trump, qui a réimposé des sanctions économiques paralysantes après le retrait de l’accord nucléaire de 2015 avec Téhéran.

La nomination attendue de Malley intervient alors que Biden et ses assistants en politique étrangère entreprennent d’élaborer leur approche de l’Iran. Malley devrait rendre compte directement à Blinken, a déclaré une source proche du dossier. Le haut diplomate de Biden est resté fidèle à la position de la nouvelle administration selon laquelle Téhéran doit recommencer à se conformer à l’accord nucléaire iranien avant que Washington ne fasse un pas vers un éventuel retour.

Faisant ses premiers commentaires publics sur l’Iran en tant que secrétaire d’État mercredi, Blinken a réitéré la politique de Biden «que si l’Iran revenait en pleine conformité avec ses obligations au titre du JCPOA, les États-Unis feraient la même chose». Mais le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a tweeté jeudi que les États-Unis devraient faire le premier pas en revenant au pacte nucléaire.

Marc Brzustowski avec jpost.com

Laisser un commentaire