Biden nomme un Palestinien de BDS à un poste de Renseignement à la Maison Blanche!

Publié par
EPA/CLEMENS BILAN ***54383911 19.05.19 14.06.19

Adam Kredo – 27 JANVIER 2021 15:40

L’administration Biden met en lice pour un poste de renseignement de haut niveau, un Palestinien-Américain qui a passé des années à la pointe des efforts pour boycotter Israël et qu’on voit danser (ci-dessus) devant une banderole qualifiant Israël d’État d’apartheid.

La sélection de Maher Bitar au poste de directeur principal des programmes de renseignement au Conseil national de sécurité suscite déjà plus que des inquiétudes quant au fait qu’il utilisera ce poste pour freiner le partage de renseignements entre les États-Unis et Israël.

Bitar a passé des années à diriger des organisations anti-israéliennes qui promeuvent le mouvement antisémite Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS), qui mène une guerre économique contre Israël. À l’université, il était un leader des étudiants pour la « justice en Palestine », un groupe présent sur les campus pro-BDS connu pour intimider les étudiants juifs. Une photo de l’annuaire de 2006 de l’Université de Georgetown, où Bitar a fréquenté l’école, le montre en train de poser devant une pancarte indiquant «Se débarrasser de l’apartheid d’Israël».

Bitar, ancien membre du personnel d’Obama à la Maison Blanche et avocat général des démocrates au sein de la commission du renseignement de la Chambre, jouera dans son nouveau poste un rôle clé dans la coordination des différentes agences de renseignement américaines et aura une fenêtre sur les opérations de renseignement et les opérations secrètes les plus sensibles des États-Unis.

Un législateur républicain de premier plan et d’anciens responsables de l’administration Trump critiquent l’élévation de Bitar aux échelons supérieurs du conseil, exprimant leur inquiétude quant au fait que son activisme anti-israélien influencera son traitement des informations sensibles du renseignement. 

Le militantisme actif passé de Bitar à la tête de BDS va également à l’encontre de la promesse de l’administration Biden de rejeter le mouvement. Linda Thomas-Greenfield, la candidate de Biden comme ambassadrice aux Nations Unies, a déclaré lors de son audience de confirmation mercredi que le BDS était « inacceptable » et « frôlait l’antisémitisme ». L’Administration Biden relève donc de l’adage : « Faites ce que je dis, pas ce que je fais« .

« La coopération des services de renseignement américains et israéliens a sauvé à plusieurs reprises des vies américaines et amélioré la sécurité nationale des États-Unis. Maher Bitar est un militant de longue date du mouvement de Boycott, du Désinvestissement et des Sanctions qui a appelé à l’abandon d’Israël », a déclaré le représentant Michael McCaul (Texas), le représentant républicain principal du comité des affaires étrangères de la Chambre, au  Washington Free Beacon . « Le nommer à un rôle intégral au Conseil de sécurité nationale est une gifle à notre important allié Israël, et cela envoie un message terrible au reste du monde. J’exhorte vivement l’administration Biden à revenir rapidement sur cette décision dangereuse et de nommer quelqu’un qui soit mieux aligné avec nos alliés et moins clivant. « 

En octobre 2009, Bitar a prononcé un discours sur l’activisme Internet à la conférence pro-BDS Friends of Sabeel North America. Il est également crédité d’avoir dirigé un magazine de 2008 publié par le Centre de ressources BADIL pour la résidence palestinienne et les droits des réfugiés, un groupe qui soutient BDS et soutient le «droit au retour» palestinien, qui inonderait Israël de réfugiés du Moyen-Orient. Dans cette publication, les auteurs discutent de la «Nakba en cours en Palestine», un terme qui désigne l’établissement d’Israël en 1948 comme un «désastre».

En 2007, Bitar a commencé un  stage auprès de l’Office de secours et de travaux des Nations Unies (UNRWA), qui est chargé de fournir des services humanitaires aux réfugiés palestiniens. L’UNRWA a été critiqué à plusieurs reprises par des défenseurs pro-Israël et des membres du Congrès pour avoir promu des textes et manuels anti-israéliens et parfois travaillé avec le groupe terroriste du Hamas. L’administration Trump a réduit l’aide américaine à l’UNRWA en 2018, invoquant son parti pris anti-israélien, bien qu’il soit probable que l’administration Biden revienne sur cette décision.

Pendant son séjour à l’Université de Georgetown, Bitar a  siégé au conseil d’administration de l’organisation Students for Justice in Palestine (SJP) de l’école. Le SJP est l’un des groupes d’étudiants anti-israéliens les plus actifs sur les campus des États-Unis. L’organisation a été interdite sur certains campus pour avoir diffusé de la propagande antisémite et harcelé des étudiants juifs pro-israéliens. C’est un partisan prolifique du mouvement BDS et s’est positionné comme le principal soutien de la résistance palestinienne et de l’antisionisme.

Tout en travaillant avec le SJP, Bitar a été l’un des principaux organisateurs de la conférence 2006 du Mouvement de solidarité palestinienne à Georgetown, contre laquelle les militants pro-israéliens ont protesté, la  qualifiant de « propagande anti-israélienne » et accusant le Mouvement de solidarité de répandre l’antisémitisme. Les notes sur l’événement publiées par le Congrès juif américain indiquent que Bitar a donné des instructions à ses partisans sur la manière de promouvoir le désinvestissement d’Israël au sein des groupes religieux.

Les images imprimées dans l’annuaire 2006 de Georgetown montrent Bitar et d’autres membres de la troupe de danse DC Dabkeh se produisant devant un panneau indiquant (comment) «Se débarrasser de l’apartheid israélien».

Bitar a travaillé en 2005 en tant que  stagiaire pour la Fondation pour la paix au Moyen-Orient (FMEP), une organisation de défense anti-israélienne profondément ancrée dans le mouvement BDS. Le FMEP accuse régulièrement Israël de «crimes de guerre» et le décrit comme un État «d’apartheid». L’organisation a accordé des subventions à une foule d’éminents partisans du BDS et à des groupes anti-israéliens, notamment IfNotNow, Jewish Voice for Peace et les Eglises pour la paix au Moyen-Orient.

Victoria Coates

Victoria Coates, ancienne conseillère adjointe à la sécurité nationale au NSC pour les affaires du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord à la Maison Blanche pour le compte de l’Administration Trump, a mis en garde la nouvelle administration contre l’érosion des relations étroites de l’Amérique avec Israël.

« Certes, tous ceux qui voient la valeur stratégique pour les États-Unis de notre forte alliance avec Israël veulent s’assurer que toutes les lignes de communication et de coordination restent ouvertes et ne sont pas gênées par des considérations politiques », a déclaré Coates au Free Beacon . « Surtout après les énormes gains de l’année dernière en termes d’intégration d’Israël avec nos alliés arabes dans la région, il serait contre-productif de revenir à l’impasse dysfonctionnelle du passé.« 

Un ancien responsable de l’administration Trump, ne s’exprimant qu’en arrière-plan, a déclaré au Free Beacon que Biden « devrait immédiatement annuler » la nomination de Bitar au Conseil de sécurité nationale, affirmant que son travail avec les organisations anti-israéliennes « devrait sonner l’alarme à travers Capitol Hill et soulever des questions majeures concernant l’engagement de l’administration Biden à soutenir Israël. « 

Pendant son temps dans l’administration Obama, Bitar a siégé au conseil en tant que directeur des affaires israéliennes et palestiniennes. Il était également adjoint de Samantha Power, l’ambassadrice d’Obama aux Nations Unies. Bitar a récemment occupé le poste de conseiller juridique du représentant Adam Schiff (D., Californie), démocrate principal au sein de la commission du renseignement de la Chambre, et a joué un rôle central dans la première destitution du président Donald Trump.

La sélection de Bitar au NSC de Biden a été célébrée par des militants pro-palestiniens et d’autres alliés de Biden qui pourraient également trouver une place dans l’administration.

Robert Malley, qui est considéré comme l’envoyé de l’administration en Iran, a déclaré qu’il « ne peut pas penser à un meilleur choix que Maher« . La nomination potentielle de Malley a également été critiquée par les républicains qui disent qu’il sera trop déférent envers la République islamique.

Ziad Asali, fondateur de la Task Force américaine sur la Palestine, a salué Bitar sur Twitter comme un « fonctionnaire dévoué qui a le talent et les compétences pour gravir les échelons au NSC et au Congrès [NDLR : et nuire de toutes ses forces aux relations Israël-Etats-Unis] ».

2 commentaires

  1. c’est quand même pas un refugié palestinien , même conseiller à la sécurité des usa , qui va faire trembler israel !!
    vive israel , israel vaincra l’apartheid palestinien qui veut un pays judenrein .

Laisser un commentaire