La grande purge américaine (et d’Israël)

Publié par

Les partisans de Trump tentent de franchir une barrière de police au Capitole à Washington le 6 janvier | Photo de fichier: AP Photo / Julio Cortez

Le but n’est pas de remplacer les fidèles de Trump par des fidèles de Biden occupant des postes de pouvoir au sein du gouvernement. Le but de la Grande Purge est «de marginaliser» le Parti républicain et ses électeurs en tant que force politique légitime.

 Par  Caroline B. Glick  Publié le  22/01/2021 07:55 Dernière modification: 22/01/2021 07:55

Le président américain Joe Biden et la petite foule rassemblée sur le Washington Mall pour son investiture mercredi ont célébré l’événement comme « le jour de la démocratie ». Mais en vérité, l’état de la démocratie en Amérique aujourd’hui n’a rien à célébrer.

Les faiseurs d’opinion à la télévision, les démocrates et une poignée de républicains anti-Trump insistent sur le fait que la faute de tous les malheurs politiques de l’Amérique incombe à l’ancien président Donald Trump, aux sénateurs et aux membres du Congrès qui l’ont rejoint pour remettre en question les résultats des élections dans plusieurs États-clés. Pour avoir refusé d’écarter les preuves d’une fraude électorale généralisée, ils sont accusés d’incitation à l’insurrection et de mise en danger des fondements de la démocratie américaine. Trump a été discrédité pour ses déclarations lors du rassemblement du 6 janvier. Et les législateurs démocrates demandent que les sénateurs Ted Cruz et Josh Hawley soient expulsés du Sénat pour avoir remis en question les votes des collèges électoraux des États soumis à des allégations généralisées de fraude électorale.

Les accusateurs oublient commodément que les dirigeants démocrates de Nancy Pelosi à Hillary Clinton ont insisté depuis novembre 2016 sur le fait que la victoire électorale de Trump était «illégitime» et que le travail des bons Américains était de «résister» à son «régime».

Ils oublient également que les législateurs démocrates se sont opposés à la certification des bulletins de vote du collège électoral en 2016. Et lorsque leurs objections n’ont pas renversé les résultats des élections, une manifestation a éclaté dans la galerie des visiteurs du Capitole. Plusieurs manifestants ont été arrêtés.

Personne dans les médias ou dans l’élite de la côte Est n’a jamais accusé Pelosi et Clinton d’inciter à une insurrection alors même que des centaines de milliers de manifestants remplissaient les rues pour exiger le renversement de Trump.

Les républicains n’ont toujours pas peur d’être qualifiés de terroristes nationaux ni d’insurgés et insistent sur le fait que si les manifestants violents du Capitole le 6 janvier étaient des insurrectionnels, leur «insurrection» n’était qu’une pâle lueur de l’insurrection montée dans les rues des villes américaines tout au long du printemps et de l’été , avec le soutien enthousiaste et le soutien financier des dirigeants démocrates et de leurs entreprises de sponsoring. 700 policiers ont été blessés, des dizaines de citoyens ont été tués, des dizaines de milliers d’entreprises ont été détruites et vandalisées lors des émeutes des Antifa et de BlackLivesMatter. Les dommages matériels et les pertes ont été évalués à 2 milliards de dollars. Les bâtiments gouvernementaux ont été assiégés, incendiés et vandalisés.

La vérité est que les démocrates et les républicains ont tort. Les politiciens de tous bords et à tous les niveaux de gouvernement ont longtemps remis en question les résultats des élections. Et peu importe à quel point leur rejet des résultats a été catégorique, leurs actions n’ont jamais sapé les fondements démocratiques de l’Amérique.

De même, l’Amérique a été le théâtre de manifestations de masse depuis avant la Révolution. Le droit de manifester est considéré si sacré qu’il est protégé dans le premier amendement de la Constitution. Il existe des lois régissant la frontière entre les manifestations et les infractions à la loi. Et les manifestations policières sont aussi américaines que les manifestations elles-mêmes. Les protestations ne menacent pas la démocratie américaine.

Le grand danger pour la démocratie américaine ne se trouve pas dans les rues. Cela n’apparaît certainement pas dans les débats des politiciens sur la manière dont les votes ont été comptés et recueillis.

Le grave danger pour la démocratie américaine provient de la fusion sans précédent entre le Parti démocrate et les entreprises américaines. Le philosophe politique Angelo Codevilla a qualifié cette unité de forces d ‘«oligarchie» au pouvoir qui remplace la République américaine.

L ‘«oligarchie» émergente est en train de promulguer quelque chose qui peut à juste titre être surnommé «la grande purge».

La Grande Purge, événement sans précédent dans l’histoire américaine, ne consiste pas à se saisir des leviers du pouvoir pour lui-même. Il s’agit d’un camp refusant à l’autre le droit de se battre pour le pouvoir.

Le but de la Grande Purge n’est pas de remplacer les fidèles de Trump par des fidèles de Biden occupant des postes de pouvoir au sein du gouvernement. Un tel remplacement se produit naturellement à chaque fois qu’une nouvelle administration entre en fonction. Le but de la Grande Purge est «de supprimer» le Parti républicain et ses électeurs en tant que force politique légitime et ainsi transformer les États-Unis en quelque chose qui se rapproche d’un système à parti unique. Pour atteindre cet objectif, les démocrates au gouvernement et leurs partenaires dans les médias corporatifs et technologiques utilisent leur pouvoir pour réprimer, réduire au silence, ruiner et criminaliser des dizaines de millions de citoyens privés pour le «crime» de soutenir Trump et le Parti républicain.

L’annulation coordonnée par les géants de la Big Tech de tous les comptes de réseaux sociaux de Trump presque simultanément a constitué le premier stratagème. Il a été rapidement suivi de la destitution de Trump à la vitesse de la lumière par le Congrès pour son rôle présumé dans la fomentation de la violente manifestation au Capitole. Comme l’interdiction des réseaux sociaux, la destitution s’est déroulée sans débat, sans procédure régulière, sans preuve grâce aux bons offices des législateurs démocrates et de leurs alliés républicains qui souhaitent faire de Trump un exemple. Il y a tout lieu de croire que dans les mois et les années à venir, les membres de la classe dirigeante continueront d’abuser de leur pouvoir pour détruire Trump, que ce soit en le mettant en faillite ou en le poursuivant. Ils doivent continuer à le poursuivre. Car s’il persévère, alors ils auront échoué.

À un moment donné dans un proche avenir, Trump fera face à un procès au Sénat. Alors qu’il quittait la Maison Blanche mercredi matin, Trump n’avait pas encore trouvé de conseiller juridique pour le procès. La raison pour laquelle il n’a pas d’avocats n’est pas due à une pénurie soudaine de bons avocats de la défense à Washington. Elle est due à la peur de la purge. Les avocats qualifiés ont peur de le représenter.

Et ils ont raison d’avoir peur.

Cleta Mitchell fait depuis longtemps partie des cercles juridiques de Washington. Associée principale du cabinet d’avocats Foley and Lardner, Mitchell était membre de l’équipe juridique de Trump lors de ses défis électoraux en Géorgie. Lorsqu’on a appris qu’elle le représentait, des agents démocrates du Lincoln Project ont commencé à menacer son entreprise d’un retrait de clients.

Le lendemain du jour où le projet Lincoln a commencé à menacer les affaires de l’entreprise, Mitchell a annoncé sa démission. Moins d’une heure après son annonce, toute mention de Mitchell a été supprimée du site Web de l’entreprise. L’une des meilleures avocates de Washington avait été «supprimée».

Des semaines auparavant, le projet Lincoln avait fait la même chose à deux autres cabinets d’avocats dont les partenaires représentaient les contestations juridiques de Trump contre les résultats des élections en Pennsylvanie. Les avocats ont échappé à une radiation immédiate en annulant immédiatement leur représentation du président des États-Unis.

Depuis le 6 janvier, des pétitions d’avocats et d’étudiants en droit,0 demandant que les sénateurs Cruz et Hawley soient radiés pour avoir contesté légalement les votes des collèges électoraux des États contestés, ont recueilli des milliers de signatures. Les étudiants de Harvard demandent à l’université de retirer les diplômes de conseillers de Trump et d’alliés politiques.

Les Américains ordinaires qui ont participé aux manifestations – à l’extérieur et à l’intérieur du Capitole – sont également purgés. Médecins, avocats, législateurs, policiers et autres personnes dont le seul «crime» était d’êrtre présent ont perdu leur emploi après avoir été «démis».

Thérèse Duke, une infirmière assistante du Massachusetts était l’une de ces «purgées». Duke a participé à une manifestation le 5 janvier – la nuit avant le siège du Capitole – au Freedom Plaza à Washington. Elle a été filmée alors qu’elle pleurait, avec du sang coulant sur son visage après avoir été frappée par une policière. La fille de Duke, membre de la révolution « réveillée », a dévoilé l’identité de sa mère dans un message sournois sur Twitter. Le lendemain, Duke a été licenciée de son travail à l’Université en Soins de Santé du Mémorial du Massachusetts. Elle a déclaré à un journal local qu’elle ne pensait pas pouvoir trouver un autre emploi.

Aussi mauvaises que les choses ne le deviennent dans le secteur privé, les signaux de fumée envoyés par Washington sont encore plus alarmants. Depuis le 6 janvier, les législateurs démocrates préparent une législation qui appliquerait les lois antiterroristes adoptées pour lutter contre les groupes terroristes étrangers afin d’enquêter sur et de combattre les Américains soupçonnés d’appartenir à des «groupes terroristes nationaux». Les anciens chefs de l’armée, des forces de l’ordre et du renseignement font pression pour une telle démarche. Le général Stanley McChrystal, qui commandait les forces américaines en Afghanistan, a passé l’année dernière à faire campagne contre Trump.

La semaine dernière, McChrystal a déclaré à Yahoo News : « Je vois une dynamique similaire dans l’évolution d’Al-Qaida en Irak, où toute une génération de jeunes arabes en colère avec de très mauvaises perspectives a suivi un dirigeant puissant qui a promis de les ramener avec le temps vers une meilleure situation, et il les a amenés à adopter une idéologie qui justifiait leur violence. Cela se passe maintenant en Amérique. « 

L’ancien directeur de la CIA John Brennan a ensuite détaillé qui était l’ennemi. Mis à part Trump et les « législateurs », Brennan a déclaré que le nouvel ennemi est composé « d’une alliance impie d’extrémistes religieux, d’autoritaristes, de fascistes, de fanatiques, de racistes, de nativistes et même de libertaires« .

L’ancien directeur du FBI James Comey a rendu l’objectif de la purge explicite. « Le Parti républicain doit être réduit en cendres ou transformé », a-t-il déclaré au Guardian .

Il pense que le peuple seraient heureux d’accepter cela.

« Qui voudrait faire partie d’une organisation qui, à la base, est bâtie sur le mensonge, le racisme et l’ignorantisme? Ce n’est tout simplement pas une organisation politique saine. »

Malheureusement pour les Israéliens, ce n’est pas seulement le problème de l’Amérique. Grâce au président du Parti Nouvel Espoir, Gideon Sa’ar, Israël importe maintenant certains procédés des instigateurs de la purge. Sa’ar aurait embauché quatre fondateurs du projet Lincoln pour mener sa campagne contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le Likoud avant les élections de mars.

Le projet Lincoln est dirigé par d’anciens républicains qui ont consacré les quatre dernières années de leur vie à aider les démocrates en diabolisant Trump, les républicains et les électeurs républicains. Leurs efforts ont rencontré un succès négligeable lors des élections de 2020. Trump a augmenté son total de votes de 11 millions par rapport à 2016.

Trump n’a pas perdu parce que les républicains ont cessé de le soutenir. Il a perdu parce que les démocrates ont massivement augmenté leur base électorale. La performance du projet Lincoln a été si lamentable que la députée Alexandria Ocasio-Cortez a exigé qu’il donne ses fonds exceptionnels – collectés auprès de donateurs démocrates – aux organes démocrates qui avaient en fait remporté les élections.

Mais depuis son échec électoral, le projet Lincoln a pris tout son sens. Quand Ocasio-Cortez a déclaré que les démocrates devraient créer une base de données des responsables de l’administration Trump pour préparer une liste noire, elle a été mise au pilori en tant que totalitaire. Mais lorsque les «anciens républicains» du Lincoln Project ont dit qu’ils compilaient une telle liste, cela s’est passé sans protestation. Et depuis, le projet Lincoln a ouvert la voie à la mise sur liste noire et à l’écartement de tout le monde, des avocats de Trump aux hôtels et aux sites Web de vacances qui servaient les partisans de Trump venus à Washington le 6 janvier, de la présidente du conseil d’administration en Géorgie au chef de la minorité républicaine à la Chambre, Kevin McCarthy.

Depuis quatre ans, les Israéliens ont le souffle coupé devant les similitudes entre les efforts incessants de la gauche israélienne pour détruire le Premier ministre Netanyahu, en partenariat avec les médias et la confrérie juridique, et les efforts de leurs homologues américains pour détruire Donald Trump.

La décision de Saar d’intégrer les instigateurs de la grande purge américaine – une purge qui met déjà en danger l’ordre démocratique de la démocratie la plus puissante du monde – dans la veine politique d’Israël est de mauvais augure pour l’avenir d’Israël. Et cela nous dit certainement quelque chose d’alarmant sur la direction que Saar souhaite prendre pour s’emparer du pays, si sa campagne pour devenir le prochain Premier ministre réussit.

israelhayom.com

3 commentaires

  1. – Donc, si l’on comprend bien les raisonnements compliqués de Mme Glick, Gideon Saar, jadis installé n°2 du Likoud par les élections internes et durant au moins 5 ans, était un Antifa planqué sous l’aile protectrice de Bibi l’omnipotent chef du parti. On se doutait bien que le Likoud était un parti de gauchistes déguisés… Comme d’ailleurs le Parti républicain dont un quart des membres scélérats ont quitté le navire trumpiste juste avant qu’il ne sombre et promettent de voter la destitution du capitaine afin que plus jamais il ne tienne le gouvernail….
    – Ainsi donc, à Washington, les bandes démocrates et BLM étaient montées à l’assaut du Capitol bien avant la horde sauvage des « Joe Six Packs » et sans qu’on n’en sache mot, à l’insu ou avec la complicité de la presse gaucho-bobo qui, de Boston à Seattle fait la pluie et le beau temps….
    – On n’ose pas un tel optimisme qui veut qu’ici en Israël comme là-bas, les mêmes causes produisent les mêmes effets , tant les situations sont semblables. Même complotisme, même haine distillée quotidiennement et …mêmes gibiers de potence en attente de procès.

    1. @ הנרי ביטן
      Contrairement à ce que vous écrivez au sujet de Caroline Glick, son texte est très clair, bien documenté et rempli de précisions que nous ignorions jusqu’à la lecture de son superbe billet.
      Vos « arguments » sont tellement débiles que l’on a du mal à croire qu’elles émanent d’un être rationnel.
      Etes-vous naïf au point de croire que Gideon Saar n’utilisera pas tous les moyens dont il dispose pour tenter quelque chose contre Bibi lors des élections de Mars 2021 ? Mais où vivez-vous ?
      Pouvez-vous citer vos sources au sujet du quart des membres du Parti Républicain qui auraient quitté le navire en promettant qu’ils voteraient pour la destitution de TRUMP pour qu’il ne revienne plus jamais au pouvoir ?
      Au cas où vous ne sauriez pas compter, cela représenterait près de 18 millions d’Américains. Simple peccadille ??
      Etes-vous intoxiqué par le NYT, le Washington Post, CNN et autres innombrables sources de désinformation haineuse, sans parler des réseaux sociaux qui censurent à tour de bras, et qui véhiculent dans leurs tuyaux malodorants, tout ce qui ne correspond pas à leur « éthique » de salopards totalitaires ?
      Puisque vous êtes dans le déni du réel, pouvez-vous apporter la contradiction à Caroline au sujet des BLM et autres complices qui ont envahi le Capitole sans que cela n’émeuve personne ?
      Puisque vous êtes dans le déni de la réalité, trouvez-vous qu’il est « démocratique » que des hordes d’émeutiers se réunissent depuis plusieurs mois à Jérusalem pour demander le départ de Bibi, élu en toute légalité, alors qu’il suffirait que ces braillards fascistes attendent les élections de Mars prochain pour tenter de se faire élire légalement ?
      Vous êtes-vous posé la question de savoir qui finance ce mouvement fasciste violent ?
      Tout dans votre texte transpire la mauvaise foi, le manque de discernement et surtout, un aveuglement volontaire qui empêche l’esprit de fonctionner normalement, au point de refuser de vous collecter aux réalités qui vous dérangent…

  2. Merci Caroline de cette magnifique analyse et pour les informations hallucinantes que vous communiquez et que nous ne trouverons jamais sur les sites français d’infaux, en totalité sous le contrôle de l’Agence France Propagande chargée de la désinformation des Français, et de l’incitation à la haine.
    En dehors du lynchage quotidien de TRUMP, l’agence des raclures de poubelles n’a rien d’autre à proposer.
    En analysant les rouages de la machine infernale mise en place par les fascistes « Démocrates » il semblerait que nous assistions à un « variant » du « Maccarthysme » qui a déjà sévi aux Etats-Unis.
    Espérons qu’Israël échappera aux manoeuvres de ceux qui veulent assassiner la démocratie pour prendre le pouvoir et imposer leurs choix arbitraires à une population qui croit aux valeurs démocratiques, à la Liberté et au Droit.
    Le fascisme nouveau est arrivé et il va s’étendre maintenant sur toute la planète.
    Encore merci Caroline pour votre magnifique texte qu’il faudra faire lire aux torchonistes français incapables de comprendre et encore moins de réfléchir, leur fainéantise intellectuelle va les TUER !!!

Laisser un commentaire