Isaac Shoshan, l’espion infiltré du « peloton arabe » du Mossad

Posted by

Isaac Shoshan, un espion israélien qui se faisait passer pour un arabe, est mort à 96 ans

Juif d’origine syrienne, il a pris part aux premières opérations d’infiltration, y compris des attentats à la bombe, et a ensuite enseigné l’art de la dissimulation à des «générations» d’agents israéliens. C’était bien avant les Mista’aravim ou Duvdevan de la célèbre série Fauda…

Ronen Bergman

Par Ronen Bergman

  • 5 janvier 2021

TEL AVIV – Isaac Shoshan, un agent d’infiltration israélien d’origine syrienne qui s’est fait passer pour un Arabe au début de sa carrière, participant à des attentats à la bombe et à une tentative d’élimination ciblée, avant d’apporter une contribution majeure aux méthodes d’espionnage du pays, est décédé le 28 décembre à Tel Aviv. Il avait 96 ans.

Sa fille Eti a confirmé le décès, à l’hôpital Ichilov. Il avait subi un accident vasculaire cérébral, dit-elle.

Dans un hommage sur Twitter, l’ancien Premier ministre Ehud Barak, qui a déjà servi dans une unité de renseignement israélienne que M. Shoshan a aidé à concevoir, a déclaré que M. Shoshan avait «risqué sa vie encore et encore» au nom d’Israël.

« Des générations de guerriers ont appris leur métier suspendes à ses mots », a-t-il ajouté, « moi aussi. »

M. Shoshan est né Zaki Shasho à Alep, en Syrie, en 1924 dans une famille juive arabophone. Il a étudié dans une école de langue française, a appris l’hébreu dans des écoles juives orthodoxes et, dans sa jeunesse, il a appartenu aux scouts hébreux sionistes (« éclaireurs israélites »). À 18 ans, motivé par son sionisme, il s’est rendu dans ce qui était alors la Palestine sous domination britannique et, en l’espace de deux ans, a été recruté par le Palmach, la force de combat juive clandestine.

Au cours de sa formation, il a été affecté à une unité secrète connue sous le nom de peloton arabe. Composé de Juifs pouvant se faire passer pour des Arabes, il était chargé de recueillir des renseignements et de commettre des sabotages et des éliminations ciblées.

L’unité a été mise en place en prévision d’une «guerre civile en Palestine entre Juifs et Arabes», a déclaré Yoav Gelber, professeur et historien de l’époque.

Les membres de l’unité, pour la plupart des immigrants originaires de pays arabes, ont été formés à la collecte de renseignements et aux communications secrètes – le code Morse, par exemple – ainsi qu’à la tactique de commando et à l’utilisation d’explosifs. Ils ont également subi une étude approfondie de l’islam et des coutumes arabes afin de pouvoir vivre en tant qu’Arabes sans éveiller les soupçons.

M. Shoshan a commencé à prendre part à des opérations de collecte de renseignements après que les Nations Unies ont voté en 1947 la partition de la Palestine en États juifs et arabes séparés, déclenchant des affrontements qui allaient se transformer en guerre.

M. Shoshan sur une photo préparée par des responsables du renseignement israéliens pour son utilisation dans de faux documents.  M. Shoshan était un juif d'origine syrienne qui s'est infiltré dans les pays arabes. 
M. Shoshan sur une photo préparée par des responsables du renseignement israéliens pour son utilisation dans de faux documents. M. Shoshan était un juif d’origine syrienne qui s’est infiltré dans les pays arabes. Crédit…via la famille Shoshan

Mais en février 1948, il fut appelé à mettre à profit un autre aspect de sa formation: aider à éliminer un dirigeant palestinien, Cheikh Nimr al-Khatib, qui était en route pour la Palestine depuis le Liban avec des armes.

Des hommes armés devaient tirer sur la voiture du cheikh, et M. Shoshan, en tant que jouant le rôle apparent d’un spectateur arabe, a reçu pour instruction de «revenir en courant et de sembler aider, mais en fait de s’assurer que le cheikh était mort, et sinon, de terminer le travail. avec mon arme de poing », a-t-il déclaré dans une interview en 2002.

Le cheikh a en effet été abattu dans sa voiture – les exécuteurs « l’ont aspergée de tirs de mitraillettes », a déclaré M. Shoshan – mais il a survécu après que les soldats britanniques ont empêché M. Shoshan de l’atteindre. Gravement blessé, le cheikh a quitté la Palestine et a cessé de jouer un rôle actif dans la guerre.

Peu de temps après, M. Shoshan et un autre membre du peloton arabe ont été envoyés dans un garage à Haïfa, en Israël, où les renseignements ont indiqué qu’une voiture piégée était en cours d’assemblage.

«Les propriétaires ne nous ont jamais soupçonnés du tout», a déclaré M. Shoshan. «Bien sûr, ils ne voulaient pas laisser entrer notre voiture, mais ils ont accepté de nous laisser entrer un moment pour utiliser la salle de bain.»

Ce délai était assez long pour activer un fusible chronométré sur un engin explosif et fuir. Quelques minutes plus tard, une énorme explosion a secoué toute la zone, démolissant le garage et plusieurs bâtiments attenants, tuant au moins cinq personnes et en blessant beaucoup d’autres.

En 1948, après que les forces britanniques se sont retirées de Palestine et qu’Israël a déclaré son indépendance, des agents du peloton arabe ont été envoyés dans les pays arabes voisins, dans le double objectif de recueillir des informations et de contrecarrer les menaces perçues.

«Bien que nous ayons été envoyés pour recueillir des renseignements, nous nous considérions également comme des soldats et nous recherchions des opportunités d’agir», a déclaré M. Shoshan.

Envoyé à Beyrouth, lui et ses collègues ont acheté un kiosque et une Oldsmobile, qu’ils utilisaient comme taxi pour couvrir leurs activités.

Lors d’une occasion, l’unité a reçu l’ordre de poser une bombe dans un yacht de luxe appartenant à un riche libanais. (On leur a dit qu’Adolf Hitler l’avait utilisé pendant la Seconde Guerre mondiale.) Les renseignements ont suggéré que le navire serait converti en un vaisseau de combat pour une utilisation contre les Juifs. L’explosion qui a suivi n’a pas coulé le yacht mais l’a suffisamment endommagé pour qu’il ne puisse pas être utilisé pour des opérations militaires.

L’opération la plus importante de l’équipe – une mission d’élimination ciblée du Premier ministre Riad al-Solh du Liban – devait avoir lieu en décembre 1948. M. Shoshan et les autres hommes du groupes ont élaboré un plan pour tuer le Premier ministre alors qu’ils suivaient ses mouvements. Mais l’opération a été annulée au dernier moment par de hauts dirigeants israéliens, à la grande déception de M. Shoshan, d’après son récit.

Au cours de ses deux années à Beyrouth, M. Shoshan a rencontré des proches des personnes tuées dans l’attentat à la bombe contre le garage de Haïfa. Ils lui ont parlé librement, pensant qu’il était palestinien.

«Avant cela, je n’avais jamais pensé aux personnes qui y avaient été tuées», se souvient M. Shoshan dans le livre «Men of Secrets, Men of Mystery» (1990), qu’il a écrit avec Rafi Sutton, un ancien collègue du renseignement. «Et là, à Beyrouth, un vieil Arabe s’est assis en face de moi et pleurait ses deux fils qui ont été tués dans l’explosion à laquelle j’avais participé.

Cette rencontre a été l’un des événements qui ont provoqué un changement dans la pensée de M. Shoshan, a déclaré plus tard son fils Yaakov. «Papa a toujours su que si nous n’utilisions que la force», a-t-il dit, «cela ne ferait que conduire à plus de guerres, et il a toujours soutenu la solution à « deux États pour deux peuples ».

La capture et l’exécution de certains membres du peloton arabe ont finalement conduit Israël à abandonner l’utilisation d’espions juifs s’assimilant aux Arabes. M. Shoshan s’est tourné vers le recrutement et la gestion d’agents arabes, un rôle qui l’a amené à en faire des combattants retournés (contre leur camp).

«Il s’est avéré aussi doté d’un talent pour ce poste», a déclaré M. Sutton, le co-auteur, lors d’une entrevue. «Les agents posent beaucoup de problèmes, et vous devez savoir quand ils vous mentent ou disent la vérité, et comment ne pas leur permettre de vous tromper et de prendre le contrôle de la relation entre vous, sans nuire à leur volonté de travailler avec vous. « 

M. Shoshan à l'occasion de son 80e anniversaire en 2004. Après sa retraite, il a parfois été rappelé au service d'espionnage. 
M. Shoshan à l’occasion de son 80e anniversaire en 2004. Après sa retraite, il a parfois été rappelé au service d’espionnage. Crédit…via la famille Shoshan

M. Shoshan a, par la suite, demandé instamment la reprise du programme d’assimilation, qui a conduit à la formation du Sayeret Matkal, une unité d’espionnage des opérations spéciales militaires. L’unité a été créée pour effectuer la collecte de renseignements au cœur des pays ennemis, en partie en utilisant des combattants entraînés à utiliser une couverture arabe. Parmi ses membres se trouvaient un jeune Benjamin Netanyahu, aujourd’hui Premier ministre, et son prédécesseur M. Barak, qui le commandait.

M. Shoshan a reçu la responsabilité de former les membres qui se faisaient passer pour des Arabes.

Il a joué un rôle dans la construction de la couverture d’Eli Cohen, l’espion israélien qui a pénétré les cercles supérieurs du régime syrien dans les années 1960, mais qui a finalement été dénoncé et exécuté. (L’histoire de M. Cohen a récemment été dramatisée dans la série Netflix «L’espion», avec Sacha Baron Cohen.)

Mme Shoshan a pris sa retraite en 1982 mais a été mobilisée de temps en temps par l’agence de renseignement israélienne du Mossad pour former des agents et parfois participer lui-même aux opérations.

Dans la clandestinité, il pouvait prendre le rôle d’un vieil homme arabe qui pourrait prétendre avoir besoin d’aide – entrer dans un bâtiment pour passer un appel téléphonique urgent, par exemple, ou prendre un contact occasionnel avec une cible de recrutement. Un homme plus âgé, croyaient ses maîtres, était moins susceptible d’éveiller les soupçons.

Correction : 6 janvier 2021

Une version antérieure de cette nécrologie a mal orthographié le nom d’un Premier ministre libanais qui a été la cible d’une tentative d’assassinat israélienne. C’était Riad al-Solh, pas Riad al-Suhl.

Ronen Bergman est rédacteur pour le New York Times Magazine, basé à Tel Aviv. Son dernier livre est « Rise and Kill First: The Secret History of Israel’s Targeted Assassinations », publié par Random House.

ynetnews.com

Laisser un commentaire