Les investisseurs fuient la bourse de Téhéran : peur d’une guerre dans le Golfe?

Publié par
Iranian traders monitor shares prices at the Tehran Stock Exchange in Tehran, Iran, Tuesday, June 18, 2013. Iran’s stock exchange has climbed over the past days after Hasan Rowhani’s election as new president last week. (AP Photo/Vahid Salemi)/

La bourse de Téhéran a perdu aujourd’hui environ 1,9% de sa valeur le premier jour de bourse de la semaine (en Iran, le week-end se situe jeudi et vendredi). Cette baisse prolonge la dernière tendance exprimée lors de la semaine de bourse précédente avec une baisse de 6,5%. La tendance ces dernières semaines a été de retirer de l’argent du marché boursier, alors que la raison n’est pas exactement claire. Cela peut être lié aux développements régionaux et à la peur d’une guerre dans le Golfe dans les derniers jours de l’administration Trump. 

Il convient de noter qu’au vu de l’érosion de la monnaie iranienne, l’investissement en bourse est devenu l’un des rares outils des simples investisseurs iraniens pour protéger leur capital et un très grand nombre d’entre eux s’est tourné vers ce canal. Le gouvernement a également encouragé les investisseurs à le faire. Cependant, parmi de nombreux investisseurs, on a le sentiment que les autorités les ont « travaillé » au corps, c’est-à-dire les ont persuadés d’investir dans les actions, mais le gouvernement a ensuite commencé à vendre des actions dans les sociétés qu’il détient, ce qui a conduit à une baisse de l’indice principal du marché.

Le gouvernement, pour sa part, avait déjà annoncé il y a quelques jours qu’il injecterait des millions de dollars sur le marché pour atténuer les baisses. Téhéran s’attend à ce que si les tensions dans la région s’atténuent, cela aidera le marché. A mesurer au moment du passage à l’indice « Biden »… le 20 janvier et ensuite.

La Bourse de Téhéran est touchée

WhatsAppTélégrammeEmailTwitterFacebook

Laisser un commentaire