BDS : l’Allemagne a trompé les organisations juives du monde entier

Publié par

Comment l’Allemagne a trompé les Juifs du monde entier

La résolution du Bundestag de désigner le mouvement Boycott, Désinvestissement et Sanctions comme antisémite peut sembler digne d’éloges sur le papier, mais elle n’a aucune validité juridique dans la pratique.

 Par  Eldad Beck  Publié le  01-05-2021 12:51 Dernière modification: 01-05-2021 12:51

Lorsque le parlement allemand a qualifié le mouvement Boycott, désinvestissement et sanctions d’ antisémite, il a recueilli les éloges des organisations juives du monde entier.

Mais malgré l’importance de cette décision, qui a incité davantage de pays européens à adopter des décisions similaires, la partie cachée de l’iceberg était le fait que la résolution n’avait aucune validité juridique et pratique. C’était simplement une recommandation.

Outre le fait que de nombreux partis de gauche au Bundestag ont voté contre la décision, le but même de l’initiative était de bloquer une proposition de droite plus radicale (AfD) qui exigeait une interdiction complète des activités du BDS en Allemagne.

Le vote a immédiatement suscité des critiques publiques de la part des partisans du BDS, notamment des Israéliens, des Juifs, des journalistes et d’un ancien ambassadeur israélien lui-même. Ils ont affirmé que la décision était une violation du principe de la liberté d’expression. On a également allégué qu’Israël a forcé le gouvernement allemand à faire taire les détracteurs de la politique gouvernementale à Jérusalem, un argument qui est antisémite à sa base.

Une semaine plus tard, les services de recherche et de documentation du Bundestag ont émis un avis selon lequel la décision du parlement est juridiquement invalide.

Et c’est ainsi que les autorités allemandes ont réussi un geste ingénieux: d’une part, elles se sont présentées comme des pionnières dans la lutte contre l’antisémitisme et la délégitimation d’Israël; d’autre part, leur décision est dépourvue de toute capacité pratique de lutter contre le mouvement de boycott antisémite.

C’est ainsi que la vieille Allemagne a toujours fonctionné: sa politique officielle déclare que l’existence et la sécurité d’Israël font partie de l’intérêt national de la nation; en même temps, elle soutient les organisations anti-israéliennes ayant des liens connus avec des terroristes et vote systématiquement contre Israël aux Nations Unies.

Suite à l’approbation indirecte des services de recherche et de documentation, l’antisémitisme en Allemagne est devenu une partie reconnue de la « liberté d’expression ».

Si Israël avait un ministère des Affaires étrangères qui avait vraiment à cœur les meilleurs intérêts d’Israël, il aurait depuis longtemps dénoncé cette hypocrisie allemande. Malheureusement, ce n’est pas le cas. Israël continue officiellement de prétendre que les deux pays partagent une merveilleuse amitié.

L’Europe voit que le ministère des Affaires étrangères permet à l’Allemagne de ridiculiser Israël, et elle tire ses propres conclusions: ce que l’Allemagne peut faire à Israël au nom du principe de «tirer les leçons de l’histoire», elles le peuvent aussi.

israelhayom.com

Laisser un commentaire