Pure calomnie de France-Inter : Pas de vaccin pour les prisonniers palestiniens?

Publié par
An Israeli medical worker prepares a Covid-19 vaccine injection, at the Rambam Hospital in Haifa, on December 20, 2020. Photo by Meir Vaknin/Flash90 *** Local Caption *** ?????? ??? ???? ??????? ?????? ????? ??? »?

Pas de vaccin pour les prisonniers palestiniens? Nouvelle calomnie anti-israélienne sur France Inter

par InfoEquitable 31 décembre 2020 10 VEILLE MÉDIAS

La radio publique a affirmé que les Israéliens refusaient de vacciner les prisonniers palestiniens contre le Covid-19. L’ambassade d’Israël en France a officiellement démenti et proteste contre cette désinformation.

Décidément, par ces temps de Covid-19, la diffusion d’informations tronquées pour mieux accabler Israël présente l’aspect d’un syndrome récidivant sur l’antenne de France Inter.  

En avril dernier, la radio publique avait déjà accusé Israël d’avoir détruit des installations sanitaires palestiniennes destinées à soigner les malades du coronavirus, et avait ignoré les démentis formels des Israéliens.

Ce manque de rigueur et d’objectivité avait d’ailleurs valu à Radio France une « mise en garde » du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA).

Manifestement, ce « carton jaune » du CSA n’a pas dissuadé France Inter de retomber dans les mêmes ornières.

Le lundi 28 décembre, le journaliste Anthony Bellanger affirme dans sa chronique « Les histoires du monde » que les « prisonniers palestiniens » seraient privés de vaccin contre le Covid-19.

Selon le journaliste, le ministre israélien de la Sécurité intérieure Amir Ohana aurait « donné l’instruction » de ne pas vacciner les 5500 « prisonniers de sécurité » – c’est ainsi que l’on désigne les Palestiniens détenus en Israël pour terrorisme; mais ça, le chroniqueur de France Inter ne le précise pas. 

Anthony Bellanger n’hésite pas à prendre parti à l’antenne et à qualifier cette mesure « d’odieuse » compte tenu du fait que les autres détenus – principalement israéliens – ont été inclus par le ministère de la Santé dans la catégorie des personnes prioritaires pour recevoir le vaccin. 

Le chroniqueur poursuit dans une veine un rien complotiste en expliquant que ce « coup tordu » est en réalité « lié à la campagne électorale » : le Premier ministre Benyamin Netanyahu tenterait ainsi de détourner l’attention sur les « procès en corruption qui l’attendent »…

La source d’Anthony Bellanger est en fait un article du quotidien israélien Haaretz, que le journaliste cite et qu’il a manifestement lu à la va-vite sans trop le comprendre.

Il faut reconnaître que cet article est quelque peu confus. Raison de plus pour le lire attentivement et vérifier les informations qu’il contient. 

Mais Haaretz est lui-même le « journal de référence » d’une certaine gauche israélienne. Autant dire qu’au service international de France Inter, on le lit avec déférence et on accueille toutes ses infos comme paroles d’Evangile. 

InfoEquitable, nous avons réexaminé cette affaire, en nous plongeant dans l’article du Haaretz ainsi que dans sa version originale en hébreu.

Premier constat : Anthony Bellanger n’a pas donné toutes les informations. Après avoir rapporté les déclarations du ministre israélien, Haaretz précise que son chef de cabinet a démenti l’information !

Haaretz souligne ensuite que le ministre de la Sécurité intérieure n’a aucune compétence juridique pour déterminer quels détenus doivent ou non bénéficier d’un vaccin, mais que cette prérogative relève du ministère israélien de la Santé

Lire la suite sur : infoequitable.org

—————

LE BNVCA SAISI LE CSA À LA SUITE DE la FAKE NEWS DÉLIVRÉE SUR FRANCE INTER LE 28/12/20 PAR UN CHRONIQUEUR QUI ANNONCE FAUSSEMENT ET DE FAÇON ABJECTE QU’ISRAËL NE VACCINE PAS LES PRISONNIERS PALESTINIENS

PUBLIÉ PAR ADMIN LE  

BANDEAU BNVCA.JPG

66 rue Laugier 75017
PARIS

Le Président

Sammy GHOZLAN 

01 77 38 49 44

 Paris le 30 décembre 2020

COMMUNIQUÉ

 Le BNVCA a été requis depuis le 28 décembre 2020 par un grand nombre
d’internautes et auditeurs de France Inter, choqués et scandalisés par les
propos délivrés par un journaliste de France Inter, ce 28 décembre
précisément 

  Mr Anthony Bellanger, chroniqueur à France
Inter, et consultant de BFMTV évoque dans son intervention ‘‘la
décision abjecte d’Israël de ne pas vacciner les prisonniers palestiniens
‘ 

Il ajoute ‘avec près de 300 000 personnes d’ores et
déjà vaccinées, Israël est numéro 1 au monde, rapporté à sa population de 9
millions d’habitants. Fin janvier, si le plan se déroule comme prévu, un quart
des israéliens seront vaccinés. Ce qui par contraste rend la décision de ne pas
inoculer le vaccin aux prisonniers palestiniens d’autant plus abjecte

C’est la déclaration de Ballenger que nous BNVCA
qualifions   d’abjecte et
mensongère, voire discriminatoire
.

 Ce journaleux, s’est-il préoccupé des prisonniers
américains ; allemands; égyptiens ; jordaniens ; ou autres ? Peut-il
nous dire si les délinquants et criminels incarcérés dans les prisons
françaises seront vaccinés et quand le seront-ils ? Manifestement seul le
sort des palestiniens l’intéresse, pour mieux accuser et
discriminer l’Etat juif.

Dans son communiqué, l’Ambassade rappelle que le Ministre de la Santé avait il y a un
mois déjà que les prisonniers palestiniens seront vaccinés conformément
au calendrier établi.

Nos requérants comprennent mal cette fascination manifestée par certains
journalistes et autres médias pour les  »palestiniens » même s’ils sont
terroristes jugés pour leurs crimes et emprisonnés. Les prisonniers
palestiniens devraient -ils être considérés comme prioritaires, avant les
professeurs de collèges, parce que nombre d’entre eux ont du sang juif sur les
mains ?

Le BNVCA a décidé de saisir le CSA auquel nous demandons de prendre à l’endroit de
ce chroniqueur et de France Inter, les mesures qui s’imposent et que nous ne
manquerons pas de transmettre à nos requérants. Le Président du BNVCA réclame
un droit de réponse


Laisser un commentaire