Normalisation entre l’Arabie saoudite et Israël dans un an

Posted by

Accord de normalisation entre l’Arabie saoudite et Israël estimé dans un an

Confronté à ces affirmations, le ministère des Affaires étrangères n’a fait aucun commentaire officiel.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le prince héritier saoudien Mohammed Bin Salman (crédit photo: MARC ISRAEL SELLEM / REUTERS)

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le prince héritier saoudien Mohammed Bin Salman(crédit photo: MARC ISRAEL SELLEM / REUTERS)

Certains des plus hauts échelons d’Israël s’attendent à une normalisation entre Israël et l’Arabie saoudite d’ici la fin de l’an 2021, a appris le Jerusalem Post .Certains sont convaincus que cette normalisation ne surviendra pas avant la sortie de l’administration Trump ni aux premiers stades de l’administration Biden, mais que certaines tendances suivront leur propre cheminement pour aboutir dans les 12 mois.

Ces affirmations font suite à une série de déclarations, parfois complémentaires et parfois apparemment contradictoires, de hauts responsables israéliens ces derniers mois, alors que la tendance à la normalisation progressait.

Confronté à ces affirmations, le ministère des Affaires étrangères n’a fait aucun commentaire officiel.

La semaine dernière, le ministre des Renseignements, Eli Cohen, a déclaré qu’un accord pourrait être conclu avec les Saoudiens dans les prochaines années, mais pas avant le 20 janvier – et il ne l’a pas précisé publiquement que c e serait d’ici la fin de 2021.

Cela fait suite à la déclaration de Cohen le 2 novembre selon laquelle un accord avec les Saoudiens pourrait être conclu, bien qu’il ait nuancé sa prédiction à la lumière de l’incertitude, à l’époque, quant à savoir qui gagnerait les élections américaines ainsi que ce que ce que serait la future politique iranienne, à partir de ce changement d’administration.

Le 23 novembre, on a largement rapporté que le Premier ministre Benjamin Netanyahu avait récemment rencontré le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane (MBS) dans le cadre d’une visite conjointe dans le principal pays sunnite, avec le secrétaire d’État américain Mike Pompeo.

Un flot de confirmations et de démentis – Netanyahu lui-même a publiquement refusé de commenter – a semblé indiquer clairement que la visite avait eu lieu et était considérée comme un signe de progrès des relations, mais qu’elle était censée devoir être tenue secrète.

Soit dit en passant, le Post a appris auparavant que MBS s’était déjà rendu en secret en Israël. Le 25 octobre, la Chaîne 12 avait rapporté que le directeur du Mossad, Yossi Cohen, avait déclaré en privé à son entourage que les Saoudiens attendaient les résultats des élections américaines, mais qu’ils pourraient potentiellement annoncer la normalisation comme un «cadeau» au vainqueur. Le rapport impliquait qu’une telle annonce pourrait même intervenir presque immédiatement après les élections.

Cependant, le Post a rapporté plus tard, le 25 octobre, que le reportage de la Douzième chaîne avait mal compris ou n’avait pas pleinement étoffé ce que le directeur du Mossad avait dit. En réalité, les commentaires de Cohen lors de conversations à huis clos en octobre avaient été plus nuancés. S’exprimant une semaine avant les élections américaines, le Post a appris que le maître-espion avait déclaré que si le président américain Donald Trump gagnait, il pourrait y avoir une annonce presque immédiate. Pourtant – si comme les sondages l’avaient correctement prédit – le président élu Joe Biden gagnait les élections, bien que les Saoudiens voudraient toujours un accord de normalisation avec Israël, il n’y aurait pas nécessairement de calendrier clair. Cohen avait souligné que les Saoudiens ne voulaient pas faire de cadeau à Trump et n’obtiendraient rien en contrepartie si une administration Biden prenait les rênes.

Au contraire, Cohen a compris à l’époque qu’une administration Biden pourrait vouloir lier la normalisation avec les Saoudiens à la progression dans les négociations avec les Palestiniens. C’était la tactique opposée de l’administration Trump, qui essayait de faire pression sur les Palestiniens pour qu’ils fassent preuve de flexibilité dans les négociations avec Israël en poursuivant des accords de normalisation sans eux.

Ce qui est intéressant à propos des dernières informations apprises par le Post, c’est que maintenant, près de deux mois après les élections américaines, il y a une fois de plus une confiance accrue dans la conclusion d’un accord avec les Saoudiens d’ici la fin de 2021. Si avant le 3 novembre, il y avait beaucoup plus d’incertitude de la part du ministre des Renseignements, Eli Cohen et du directeur du Mossad, Yossi Cohen, sur la façon dont les Saoudiens se conduiraient avec Biden, il y a maintenant de hauts responsables qui ont plus confiance en la question.

Bien qu’une partie de cela puisse provenir de signaux informels envoyés entre des responsables israéliens et des personnalités chargées de la transition de Biden, une partie de la confiance peut provenir d’une compréhension renouvelée des intentions des Saoudiens, indépendamment de la façon dont ils sont exactement traités par l’administration entrante.

Le chef du Mossad, Cohen, a d’abord suggéré la possibilité de liens officiels avec les Saoudiens dans une rare interview avec Channel 12 à la mi-septembre et y est secrètement en visite depuis des années. L’ancien chef de Tsahal, le lieutenant général (à la retraite) Gadi Eisenkot, a annoncé publiquement en 2017 qu’Israël partageait des renseignements avec les Saoudiens alors que les pays se rapprochaient. 

Par YONAH JEREMY BOB   28 DÉCEMBRE 2020 19:25

.jpost.com

Laisser un commentaire